21 Octobre 2017

Cameroun: Jean-MicheL Nintcheu - « nous ne plions pas aux injonctions d'une administration partisane »

Le président régional du Social democratic front promet de manifester pacifiquement ce samedi malgré le refus du chef de terre de Douala 1er.

Le sous-préfet de Douala 1er, Jean-Marie Tchakui, vient d'interdire la marche de solidarité est prévue ce samedi 21 octobre à Douala à l'appel du SDF. Comment réagissez-vous à cette volte-face ?

Je ne suis pas au courant de cette interdiction. Le sous-préfet de Douala 1er, quand il autorisait la marche de samedi prochain à travers son récépissé m'avait appelé dans son bureau pour me remettre un récépissé donnant lieu d'autorisation. J'ai même été obligé de signer une lettre d'engagement qui n'est d'ailleurs pas prévue par la loi.

Tout juste parce que je voulais le rassurer. Quand j'apprends qu'on aurait interdit mon meeting par voie de communiqué lu sur les ondes de la radio nationale qui est une caisse de résonance du RDPC ça m'interroge. Jusqu'à présent, le seul document valable est ce récépissé qui se trouve sur ma table. Donc, nous allons organiser notre manifestation comme prévue. Nous n'allons pas laisser le RDPC seul occuper l'espace public.

Qu'allez-vous faire si entre temps, le sous-préfet de Douala 1er vous notifie la décision interdisant la marche de ce samedi ?

Ce serait quelque chose d'extraordinaire parce que nous ne pouvons pas nous plier aux injonctions d'une administration partisane. Ce sous-préfet a pris une part active à la marche du RDPC et ne peut pas venir nous empêcher de manifester. Son attitude partisane et partiale lui enlève toute crédibilité.

Le chef de terre de Douala 1er justifie son refus par le fait que d'autres politiques et groupes d'activistes ont l'intention de saisir cette occasion pour mener des actions de provocation. Qu'en dites-vous ?

Ce sont des prétextes fallacieux. Le RDPC a lui-même invité plusieurs autres partis politiques lors de son meeting. J'ai encore le communiqué de Laurent Esso où il invitait d'autres formations politiques à se joindre à eux. Pourquoi est-ce que leur manifestation n'a pas été interdite ?

La marche aura lieu et sera pacifique ; nous n'avons aucune intention de provoquer l'armée ; nous n'avons que nos mains nues ; nous n'avons pas d'armes. Nous allons marcher pacifiquement. Comme le régime est passé maitre dans l'art de tirer sur des manifestants désarmés, nous sommes prêts à subir le même sort.

Cameroun

La crise anglophone s'invite à l'assemblée Nationale - Les travaux suspendus

Pour le député issu de cette région en proie aux velléités sécessionnistes, il… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.