21 Octobre 2017

Congo-Kinshasa: Malnutrition - La fortification des aliments retenue comme stratégie

La recherche des stratégies appropriées pour lutter contre la malnutrition en passant par la fortification des aliments, est le but de l'atelier organisé à l'hôtel Memling.

Il s'est tenu, du 18 au 19 octobre à l'hôtel Memling, à Gombe, un atelier national sur la fortification des aliments. Cette activité organisée par le service du Conseil pour l'enrichissement des aliments, financé par l'Union européenne, a pour objectif de lutter contre la malnutrition dans la province du Kwango, en mettant en place des stratégies appropriées.

Présent à cette activité, le directeur du Programme national de nutrition, PRONANUT, le professeur Banea Mayambua, a, à cette occasion, déclaré que cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la malnutrition chronique en RDC, particulièrement dans la province du Kwango. « Le pays étant vaste, il y a plusieurs partenaires qui se sont engagés à aider le pays à lutter contre la malnutrition », a-t-il précisé. Et de poursuivre : pour le Kwango, c'est l'Union européenne qui a préparé des prévisions d'une enveloppe très importante pour cette lutte.

La fortification des aliments

A l'issue de ces travaux de deux jours, les participants ont adopté certaines stratégies, entre autres, la fortification des aliments. D'après les explications du professeur Banea, beaucoup d'aliments que nous consommons sont des nutriments qui sont péritifs. Il a cité l'exemple de l'huile de palme. « Quand l'on consomme de l'huile de palme rouge, nous bénéficions directement de la vitamine A, par contre quand on la chauffe, elle perd sa vitamine. Pour ce faire, le directeur du PRONANUT a lancé l'appel à la consommation l'huile de palme à l'état naturel. « C'est de cette façon-là que nous pouvons aider les enfants à ne pas tomber malade », a-t-il renchéri. Pour M. Banea, les micronutriments renforcent l'organisme et permet au corps de bien fonctionner.

Aussi a-t-il ajouté « non seulement nous avons décidé de passer par la fortification industrielle, mais on s'est rendu compte également qu'en ce moment précis de l'histoire nationale, les industries sont pour la plupart en train de subir un choc qui nécessite l'investissement important pour redémarrer les reproductions. Alors, ils ont pensé à la bio-fortification, c'est-à-dire la fortification des aliments pendant la culture. Quand ils sont encore au niveau du sol et aussi la fortification à domicile, c'est-à-dire ajouté des fortifiants dans les aliments préparés pour la consommation familiale.

Au cours de la première journée, les intervenants ont partagé les expériences et leurs approches. Les participants ont manifesté un intérêt commun pour l'enrichissement des aliments en termes de capacités et de défis qu'ils ont rencontrés. L'accent est mis sur la création d'un cadre dans lequel les participants collaborent ensemble dans un environnement où ils peuvent partager leurs réflexions.

Concernant la deuxième journée, une vision commune a été développée et a défini leurs capacités. La journée a été concentrée sur le lancement du Réseau national d'enrichissement alimentaire (RNEA). Les participants ont eu à discuter sur la marche à suivre et les actions à mener pour le renforcement institutionnel et les capacités nécessaires pour transformer le secteur de l'enrichissement des aliments.

Congo-Kinshasa

Les chancelleries occidentales présentes dans le pays montent au créneau

Les chancelleries occidentales présentes en RDC (UE, Etats-Unis, Suisse, Canada) se disent « vivement… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.