23 Octobre 2017

Burkina Faso: Transport urbain - Les taximen pour la baisse du prix de la patente

Le Syndicat national des taximen et du transport urbain du Burkina (SNTTUB) a tenu son assemblée générale ordinaire, le samedi 21 octobre 2017, à la Bourse du travail de Ouagadougou.

Cette assemblée, qui avait trois points à son ordre du jour, consistait à donner l'information juste aux acteurs du secteur du transport urbain, qui font face aux difficultés quotidiennes. Ce fut également une tribune pour les responsables de cette jeune structure syndicale, de soumettre leurs doléances aux autorités de tutelle.

Le Bureau exécutif national et les responsables des cellules de base de la ville de Ouagadougou du Syndicat national des taximen et du transport urbain du Burkina (SNTTUB) ont tenu, le samedi 21 octobre dernier, une assemblée générale ordinaire à la Bourse du travail à Ouagadougou. Cette rencontre statutaire s'est déroulée autour de trois points : information sur les activités de l'année en cours ; communication des partenaires et autorités de tutelle et enfin, bilan des activités menées. C'est Ahmed Ouédraogo, secrétaire administratif chargé de l'organisation à l'Organisation nationale des syndicats libres (ONSL) qui a présidé la cérémonie d'ouverture au nom du secrétaire général de ladite structure, empêché.

Pour lui, l'ONSL est présente aux côtés du SNTTUB affilié à l'ONSL pour témoigner sa gratitude à cette jeune structure syndicale et par ricochet, soutenir cette initiative car, « un syndicat a besoin, à des périodes régulières, de rendre compte de ses activités à ses membres, donc de cultiver ainsi la transparence, toute chose qui participe au dynamisme du mouvement », a-t-il reconnu.

La fonction de taximan n'est pas sans difficultés

Le travail de taximan à Ouagadougou, à en croire les responsables du SNTTUB, n'est pas sans difficultés. En effet, selon les doléances lues par le secrétaire général du SNTTUB, Urbain Yougbaré, la fonction de taximan à Ouagadougou n'est pas aisée : prix élevé de la patente estimé à 30 000 F CFA, concurrence déloyale des tricycles, etc. Et cette assemblée générale ordinaire a été l'occasion pour le Bureau exécutif de soumettre aux autorités de tutelle les doléances qui sont, entre autres, la baisse de la patente à 20 000 F CFA au lieu de 30 000 F CFA ; la résolution du contentieux qui existe entre les taximen et les conducteurs de tricycles qui s'adonnent à la concurrence déloyale ; le traitement de tous les syndicats des taximen sur le même pied concernant les informations relatives au renouvellement du parc de taxis par les autorités de tutelle. Par ailleurs, Urbain Yougbaré a invité ses camarades taximen a effectuer la visite technique de leurs véhicules lors de la 5e visite technique prévue le 25 novembre 2017.

A propos de la collaboration des taximen avec l'Etat dans la lutte contre le terrorisme, le président du SNTTUB, Oumarou Kiéma, a reconnu que les syndicats des taximen ont beaucoup fait pour aider les autorités du Burkina dans ce sens. « Il y a eu malheureusement des insuffisances de la part des autorités. Lorsque nous donnons des informations sur des individus suspects, non seulement la sécurité arrive toujours en retard, mais après, c'est l'informateur qui est victime de tracasseries des autorités sécuritaires. Tout cela ne participe pas à une collaboration franche. », a-t-il déploré.

Des communications relatives au nouveau permis de conduire et à la carte grise, aux coût et temps d'acquisition, taxes communales et à la patente pour taxis ont été au programme de cette rencontre qui a connu la présence de représentants des Polices municipale et nationale et de la mairie de Ouagadougou.

Burkina Faso

L'ex-président burkinabè Compaoré sort de son silence

Réputé pour son flegme et observant un strict devoir de réserve depuis son exil en Côte… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.