23 Octobre 2017

Sénégal: Insultes sur le net - Le Khalife général des Layènes tape du poing sur la table

Alors que l'on croyait que les insultes et autres propos indécents distillés sur le net allaient finir avec les cas Assane Diouf, Amy Collé Dieng et Penda Bâ, ça reprend de plus belle sur les réseaux sociaux.

Des personnes non encore identifiées basées aussi bien au Sénégal qu'à l'étranger s'y mettent, en toute impunité. De quoi susciter l'indignation du Khalife général des Layènes, El Hadj Abdoulaye Thiaw Laye.

Indignation. Déception. Préoccupation. Consternation. Aucun mot n'est de trop pour s'offusquer des insultes, des injures et des autres propos indécents distillés sur la toile. Une situation en passe de devenir un phénomène de société, depuis quelque temps, au point de mobiliser un fort audimat. C'est l'amer constat de la communauté Layène qui suscite l'indignation et la mise en garde du Khalife général, El Hadj Abdoulaye Thiaw Laye, par le biais du porte-parole de la famille Layène. «Nous avons des modèles d'hommes et de femmes. Nous ne connaissons pas les insultes. Ce n'est pas dans la culture du Sénégalais d'insulter, de médire à tout bout de champ. On peut régler des situations sans se battre ou se disputer ou insulter. Ce sont ces valeurs que nous ne voulons pas voir disparaître. On demande à tous les Sénégalais d'arrêter d'insulter. On n'aime pas cela. Le Khalife a vu que les enfants, chacun, a son portable pour écouter des insultes à travers les rues. Il a été choqué quand il a entendu ces insultes. Il souhaiterait ne plus en entendre au Sénégal», a rapporté Ibrahima Laye Thiaw. L'appel a été lancé vendredi hier, en marge de la commémoration des 16 ans de la disparition de feu Alassane Laye, quatrième Khalife général de Seydina Limamou Laye.

Ce sévère réquisitoire s'adresse à ceux qui font un usage pernicieux de la toile. Insultes, injures font le quotidien de certains usagers des réseaux sociaux. Ça se passe sur Facebook, Whatsapp, les sites d'informations, entre autres. Même les hommes religieux et les personnalités de la République ne sont pas épargnés.

Mais cette Fatwa du Khalife général des Layènes n'est pas sans rappeler les précurseurs de cette démarche qui frise le défi à l'insolence dont le cas Assane Diouf, même si ce dernier n'a pas été explicitement nommé. Ce dernier s'est distingué par des insultes à l'endroit des personnalités étatiques, au point de favoriser son rapatriement au Sénégal. Quant à la chanteuse Amy Collé Dieng, dans une audio faite sur un groupe Whatsapp et diffusée ensuite sur Facebook, elle s'en est prise au président de la République, Macky Sall, qu'elle a qualifié de roublard. Ce qui lui a valu un bref séjour carcéral à la Maison d'arrêt pour femmes de Liberté 6, pour «offense au chef de l'Etat». Le comble a été atteint quand l'Apériste Penda Bâ s'est permis d'insulter toute la communauté Wolof. En dehors de ces cas, des personnes non encore identifiées basées aussi bien au Sénégal qu'à l'étranger ont emprunté leurs voies.

Voilà pourquoi le Khalife général des Layènes n'est pas resté insensible à ces comportements qui frisent l'insolence. Son porte-parole de revenir à la charge en insistant sur les conséquences d'un tel comportement. «Après avoir examiné la situation du Sénégal cette année, on a vu qu'il y a eu beaucoup de dégradation des mœurs. Les gens n'ont plus de référence, chacun fait ce qu'il veut. Pour éviter les catastrophes, le Khalife a ordonné de faire sortir tout ce qu'on connait de Mame Alassane Laye et de le vulgariser pour que les gens le prennent comme modèle», a indiqué Ibrahima Thiaw Laye.

Selon lui, le Khalife veut qu'Alassane Laye soit pris en référence. «Il faisait aussi des sorties à chaque veille d'élection pour demander de ne pas mettre le pays à feu et à sang. C'était un modèle. La célébration qui commémore sa disparition est destinée à le faire davantage connaître comme une référence. Prendre des personnes lointaines c'est bien, mais c'est encore mieux de prendre une qui vous est proche. On a perdu beaucoup de valeurs alors qu'il y a des références», dira le porte-parole de la famille Layène. A l'en croire toujours, le Khalife veut freiner la perte des valeurs. C'est pourquoi, il a invité le monde entier à célébrer Mame Alassane Laye comme exemple.

De son avis, il est temps de valoriser nos modèles d'hommes et de femmes. Les marabouts sont les intermédiaires entre les hommes de Dieu et les générations à venir. «C'est à nous de transmettre les enseignements. C'est pour que la jeunesse puisse avoir des références telles que Serigne Saliou Mbacké, Serigne Cheikh Tidiane Sy, Mame Alassane Laye... . La société doit avoir des modèles», martèle t-il.

Sénégal

La BAD invite le Sénégal à accentuer les efforts pour relever le taux de décaissement

La Banque africaine de développement (Bad), invite le Sénégal à accentuer les efforts… Plus »

Copyright © 2017 Wal Fadjri. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.