23 Octobre 2017

Sénégal: Pr Souleymane Bachir Diagne - «Selon toute probabilité, c'est une information tout a fait crédible»

Photo: rfi
Entrée de l'aéroport de Dakar

L'alerte à la bombe à Dakar, communiquée par l'ambassade des Etats-Unis d'Amérique au Sénégal à ses ressortissants serait à prendre très au sérieux.

C'est du moins la conviction du Professeur de Langue française à Colombia University aux Etats-Unis, Souleymane Bachir Diagne, qui estime qu'il y a une sorte d'obsession sécuritaire des Américains qui est probablement justifiée par les temps qui courent. Le spécialiste de l'histoire des Sciences et de la philosophie islamique était l'invité de l'émission Objection de la radio privée Sud Fm, le dimanche 22 octobre dernier.

Contrairement à certaines représentations diplomatiques au Sénégal, qui ne semblent pas prendre très au sérieux l'alerte à la bombe communiquée par l'ambassade des Etats-Unis d'Amérique à ses ressortissants à Dakar, le professeur de Langue française à Colombia University aux Etats-Unis, Souleymane Bachir Diagne pense qu'il y a de quoi s'inquiéter. Invité à l'émission politique Objection de la radio privée Sud Fm hier, dimanche 22 octobre, le professeur pense que l'alerte «est visiblement crédible, si l'ambassade des Etats-Unis a jugé bon de la lancer».

Estimant, en fait, qu'au regard de tout ce qui se passe dans la sous-région, «le Sénégal n'est pas à l'abri de la violence terroriste», il croit résolument que «selon toute probabilité, c'est une information tout à fait crédible et des renseignements tout à fait crédibles qui ont conduit à cette alerte».Qui plus est, à son avis, il y a «une sorte d'obsession sécuritaire qui est réelle et qui est probablement justifiée par les temps qui courent et qui fait que cette réaction de l'ambassade américaine est tout à fait normale».

Le spécialiste de l'histoire des sciences et de la philosophie islamique, auteur de plusieurs articles et publications est aussi revenu sur les raisons de la menace terroriste au Sénégal. Tout d'abord, il trouve que «la logique géographique indique que nous ne pouvons pas ne pas être concernés par toute cette violence terroriste que l'on voit dans les pays qui nous entourent et dans notre région sahélienne». Il s'y ajoute que, selon lui, «le Sénégal représente un certain nombre de valeurs démocratiques qui sont visées par cette violence terroriste». Enfin, le Pr Diagne rappelle que «nous sommes en quelque sorte le paradis du Soufisme» et que «c'est l'une des cibles sur le plan idéologique et intellectuelle de la violence terroriste». Donc, pour lui, il est certain que le Sénégal ne peut pas être ignoré par cette violence terroriste.

Toutefois, Souleymane Bachir Diagne pense qu'il est «dangereux et injuste» de stigmatiser une interprétation de l'Islam. Pour lui, «le salafisme en lui-même, comme tout autre lecture de l'islam, a tout à fait le droit d'exister, n'est pas responsable directement de la violence terroriste. En revanche c'est l'exclusion et l'exclusivisme qui ne sont pas bons».

En savoir plus

Séminaire intergouvernemental franco-sénégalais

Dans une déclaration conjointe, à l'issue de la troisième édition du séminaire… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.