23 Octobre 2017

Zimbabwe: Robert Mugabe, l'ambassadeur africain de la santé déchu par l'OMS

Robert Mugabe, le président zimbabwéen est déchu de son tout nouveau "poste" d'ambassadeur de bonne volonté auprès de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé.

Sa nomination avait provoqué un tollé général dans son pays mais aussi un peu partout en Afrique. Un revers qui doit interpeller les dirigeants africains sur la gouvernance dans leurs pays.

A l'OMS, Robert Mugabe ne s'offrira pas un règne sans partage! Il doit se sentir humilié. Mais l'Afrique pour cette fois restera indifférente. Le président zimbabwéen nommé ambassadeur de bonne volonté de l'OMS ne le sera pas.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS est revenu sur sa décision en annulant cette nomination. Robert Mugabe n'aura donc pas le privilège de porter la voix de la lutte contre les maladies non transmissibles.

La vague de critique contre l'OMS

Pour plusieurs observateurs, organisations internationales et même Etats, la décision de l'OMS de nommer Robert Mugabe était une bourde. L'avalanche de critiques contre l'Organisation mondiale de la Santé a forcé Tedros Adhanom Ghebreyesus à revenir sur sa décision. Le Canada, la Grande Bretagne, les Etats-Unis ont été particulièrement critiques à l'égard de cette nomination.

Principale critique, Robert Mugabe n'a pas construit au Zimbabwe un système sanitaire de référence. Certains pensent même que c'est sous son "règne" que le système sanitaire du pays s'est effondré. Comment alors nommé celui qui ne se soucie pas de la santé de ses concitoyens au poste d'ambassadeur de la santé pour le monde ? C'est un paradoxe qui ne passera donc pas !

Le message de l'OMS, un message pour qui ?

Le président Robert Mugabe s'est vu retiré le titre d'ambassadeur de bonne volonté auprès de l'OMS à cause de ses références. Le président du Zimbabwe est jugé "indigne" de ce titre, car ses œuvres ne témoignent pas en sa faveur. Lui qui, comme plusieurs autres chefs d'Etat africains se soignent en dehors de leurs pays. Ces derniers auraient même, selon des indiscrétions, soutenus et encouragés sa nomination.

L'annulation de la décision de l'OMS n'est donc pas un message adressé à Mugabe seul. Mais, il est adressé à tous ces chefs d'Etat du continent qui ont mauvaise presse. Nul ne l'ignore, plusieurs pays africains ont des systèmes de santé calamiteux. Le Zimbabwe est l'un de ces pays où il n'existe pas de soin de santé adéquat. Ceci dit, celui qui n'a pas su faire le peu, ne saura faire le plus. Robert Mugabe et ses pairs sont invités à repenser le système sanitaire de leurs pays ; mieux à se construire de bonnes réputations par de bonnes œuvres !

Zimbabwe

Situation politique toujours confuse au pays

Vendredi, Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force militaire de mercredi. Le… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.