23 Octobre 2017

Cameroun: Bamenda - Un attentat à la bombe déjoué

Le communiqué du ministre de la Communication parvenu à notre Rédaction.

«Le ministre de la Communication informe le public que ce vendredi 20 octobre 2017 aux environs de 5 heures du matin, une patrouille de police chargée de la sécurisation du complexe scolaire dénommé « Presbyterian Comprehensive Secondary School d'Azire » située dans la ville de Bamenda, a découvert un dispositif explosif - de fait, une bombe - composée d'une bouteille de gaz de 12 Kg, d'une batterie de 12 volts et d'un téléphone portable, le tout enfoui dans un sac en plastique disposé à l'entrée dudit complexe. C'est vers 3 heures du matin le même jour que les policiers en service, ont constaté un mouvement suspect de deux motocyclettes circulant sur une des servitudes obscurcies par la nuit, et située autour du bloc immobilier abritant le complexe scolaire.

Les policiers en faction ont alors braqué leurs lampes-torches vers la direction suspectée, provoquant de ce fait la fuite des deux motocyclettes et de leurs occupants. Pour en avoir le coeur net, les policiers ont entrepris d'effectuer une ronde minutieuse de la zone concernée, qui a abouti à la découverte au lever du jour, du sac contenant l'engin explosif. C'est à 7 heures 45 minutes que les éléments de la patrouille de police, à la tête de laquelle s'était placé le délégué régional de la Sûreté nationale de la Mezam alerté par ses collaborateurs ont, après avoir isolé la zone, fini par neutraliser l'engin meurtrier en le faisant exploser, mais fort heureusement sans faire de victime.

Le gouvernement de la République note pour le déplorer, la subite cécité et le silence assourdissant dont les ONG internationales font preuve, face à cette récurrence d'actes de terrorisme et de violence aveugle, visant des populations innocentes, avec à la commande, des mouvements anarchistes et en rupture totale de ban avec les valeurs fondamentales de la nation. Ces ONG, qu'il s'agisse d'Amnesty International, d'International Crisis Group, de Human Rights Watch, de Comitee To Protect Journalists ou encore de Reporters Sans Frontières pour ne citer que celles-là, et qui comme par hasard, trouvent toujours un écho favorable auprès de certains médias étrangers, doivent savoir que le peuple camerounais n'est pas dupe de leurs collusions et de leurs visées déstabilisatrices.

Au nom du gouvernement, le ministre de la Communication invite les organisations de la société civile nationale, les rassemblements des jeunes, les autorités religieuses et traditionnelles et d'une manière générale, les populations camerounaises, à une vigilance maximale, pour faire barrage à de tels desseins et alerter les autorités administratives, ainsi que les forces de Défense et de Sécurité de toute attitude, de tout comportement qui leur paraîtraient suspects, et de communiquer à qui de droit, toute information qui permettrait d'y faire échec. Nos forces de défense et sécurité, dont il convient une fois de plus, de saluer l'efficacité et le professionnalisme, veilleront en tout temps et en tout lieu à préserver l'intégrité territoriale de notre pays et à assurer la sécurité de nos compatriotes et celle de tous ceux qui vivent à l'intérieur de nos frontières.

Le ministre de la Communication saisit cette occasion pour rappeler les vertus du dialogue, de la concertation et de la tolérance que promeut le Chef de l'Etat, Son Excellence Paul BIYA, appuyé en cela par l'ensemble de la communauté nationale et internationale, dans le cadre des lois et de la Constitution de la République ».

J'aime

Cameroun

spectaculaire incendie à l'Assemblée nationale à Yaoundé

Un grave incendie a ravagé une bonne partie de l'Assemblée nationale camerounaise, dans la nuit de jeudi… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.