23 Octobre 2017

Burkina Faso: Syndicats de l'éducation - Une grève, les 26 et 27 octobre prochain

La coordination nationale des syndicats de l'éducation, a animé une conférence de presse, le lundi 23 octobre 2017 à Ouagadougou. Elle a annoncé une grève, les 26 et 27 octobre 2017.

Les 26 et 27 octobre prochain, les syndicats de l'éducation observeront une grève sur toute l'étendue du territoire. L'information a été donnée par la coordination nationale des syndicats de l'éducation. C'était le lundi 23 octobre 2017 à Ouagadougou, au cours d'une conférence de presse. «Cet arrêt de travail sera ponctuée d'une marche, suivie de meeting, le 26 octobre et d'une conférence publique, le 27 à la Bourse de travail à Ouagadougou», a déclaré le coordonateur national du mouvement, Wendyam Zongo.

Il a ajouté que la grève concerne toutes les localités et les responsables syndicaux, en fonction de leur localité, donneront du contenu à ces deux jours. Par ce mouvement d'humeur, les syndicats veulent exiger de nouveau, la satisfaction de leur plateforme minimale résumée en quatre points. Ce sont l'adoption d'un statut valorisant des personnels de l éducation et de la recherche, l'amélioration de l'accès à l'éducation, l'amélioration des conditions de travail et de la revalorisation de la fonction enseignante.

Aussi, le syndicat dénonce la mauvaise volonté des autorités à satisfaire leurs revendications. Et pour preuve, M. Zongo a cité, la non- satisfaction de leur plateforme transmise aux autorités depuis 2013. A l'entendre, après la remise de la plateforme, des luttes ont été entreprises, mais sans suite favorable. «En l'absence de réponses significatives données par l'ancien régime, la coordination a dû transmettre aux nouvelles autorités, la plateforme actualisée, le 5 octobre 2016», a soutenu le coordonateur national des syndicats. Et comme réponse, la coordination a dit recevoir un document de leur ministère de tutelle. Ils ont examiné les éléments, point par point et ont communiqué au ministère leur insatisfaction, le 28 aout 2017.

Un autre fait qui conforte les syndicats dans leur position, c'est la réaction du ministre de l'éducation après leur préavis de grève. «La coordination a transmis un préavis de grève de 48 heures au président du Faso depuis le 11 octobre dernier. Jusqu'à ce jour, nous n'avons pas eu de réponse de leur part, seulement nous avons été reçus par notre ministre et au cours de la rencontre, il marquait son étonnement de ce préavis de grève qui lui paraissait inopportun. Pour cela, il exigeait de nos organisations, de donner la motivation réelle de leur action au lieu de proposer des solutions aux problèmes posés», a déploré le coordonnateur national, Wendyam Zongo.

Toute chose qui amène les syndicats à poursuivre leur lutte avec plus de détermination. Quelle sera la suite en cas de non satisfaction après les 48 heures de grèves ? «Nous allons vous revenir après», a conclu le coordonateur Zongo.

Burkina Faso

Rien n'a filtré de la comparution de l'ex-ministre Bassolé

Au Burkina Faso, le général Djibrill Bassolé a passé plus de sept heures, ce jeudi, au… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.