24 Octobre 2017

Madagascar: Industrie du spectacle - Les organisateurs haussent le ton

Le concert de Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina a été annulé.

Les acteurs dans l'évènementiel haussent le ton. Le 30 septembre, suite à la confirmation du décès d'un entraîneur seychellois pour cause de peste, le gouvernement décrète la suspension de toutes les manifestations culturelles et sportives. Une annonce qui fait l'effet d'une bombe pour bon nombre d'organisateurs qui ont investi et se sont démenés pour faire de leur évènement un succès. Le décret prend toute de suite effet. « Voots kongregation », organisateur du festival « hay » qui devrait se tenir en plein air, dans la cour de la Bibliothèque nationale à Anosy en était la première victime. L'évènement a été annulé.

Madajazzcar, cette manifestation dédiée au jazz en fut la suivante. La tenue d'autres concerts a également été suspendue ou reportée à une autre date. Celui de Fanja Andriamanantena et de Rija Ramanantoanina qui devrait se tenir au CcEsca, celui de Lalatiana font partie de la liste. Aujourd'hui, « Glita be », un évènement qui s'annonçait grandiose et qui devrait rassembler une vingtaine d'artistes armés de leur guitare sur la scène du Palais des Sports, est également reporté. Des reports qui ne sont pas sans conséquences, financières en particulier.

« Nous regrettons que les spectacles artistiques doivent être annulés, alors que tous les autres rassemblements ne le sont pas : à l'église, les marchés, les mariages et fêtes privées... La veillée funéraire d'un ancien Chef de l'Etat s'est tenue au Palais des Sports, l'association des taxis de la ville a pu, elle aussi se réunir, mais nous, opérateurs culturels dans le domaine de l'organisation de spectacles, ne pouvons pas organiser un concert » déplore Liva Ramanandratosoa de « Gasy Events ».

Ces organisateurs ont de quoi hausser le ton, avec les dépenses qu'ils ont faites et qui ne sont pas remboursables, ne serait-ce que la location des salles de spectacles, dont le Palais des Sports, mais aussi toute la communication radio, télé et autres médias, qui coûtent des dizaines de millions d'Ariary non remboursables.

Dans le cas du concert de Lalatiana, à une semaine du spectacle, 60% des billets ont été vendus. Cette semaine, les organisateurs doivent tout rembourser. Les organisateurs attirent donc l'attention des dirigeants et leur demandent de lever cette interdiction, car c'est toute une industrie qui en est victime.

Madagascar

300 maires de communes rurales s'associent pour interpeller l'Etat

Ne pas oublier les communes rurales de Madagascar. C'est le message que veulent lancer les maires ruraux de la Grande… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.