31 Octobre 2017

Burundi: Je suis pour l'égalité des genres et pour l'interdiction à la fille de jouer du tambour !

Un récent décret présidentiel réglementant l'exploitation du tambour a provoqué des remous. Entre l'interdiction aux femmes de s'approcher de ce patrimoine culturel et les lourdes amendes infligées aux contrevenants aux autres règles, la société burundaise est divisée. La blogueuse Naomi Irakoze tranche.

Le récent décret réglementant l'utilisation du tambour a fait couler beaucoup d'encre et de salive, et avec raison. Pour ma part je dirais qu'il vient à point nommé. Il est vrai qu'une somme de 500 000 FBU et une demande d'autorisation qui sera sans doute aussi payante reviennent à mettre des bâtons dans les roues aux tambourinaires, mais vu à quel point le tambour était banalisé, il fallait une telle loi. À chaque détour de ruelle, on jouait du tambour. Mariages, dots et j'en passe, étaient de bons prétextes pour sortir les imirisho (les baguettes en bois avec lesquelles on tape sur le tambour). Tout le sacré autour de l'Ingoma s'était évaporé.

L'autre point qui fâche est l'interdiction catégorique aux femmes/filles d'en jouer. Eh bien mes sœurs, au risque de vous décevoir, je suis d'accord avec cela. Plutôt je dirais que la culture le veut ainsi. Je trouve que notre culture nous donne la place qu'il nous faut. Avec les danses ou les chants (Imvyino). Je pense que l'on a assez de champs pour exprimer nos talents, notre élégance et délicatesse. Pourquoi vouloir à tout prix jouer du tambour ? Pratique par ailleurs physique qui tendrait à empiéter sur notre féminité.

Un patrimoine lourd de symboles

Il y a quelques années, c'est au cours d'un voyage d'étude au Musée national de Gitega que j'ai pu avoir l'explication de ce que représente réellement le tambour. En premier lieu, j'appris qu'il symbolisait la royauté et le Burundi. Il est aussi synonyme de célébration, de joie et il est joué lors des fêtes nationales (Umuganuro ou intronisation des rois). Dans le jeu et les danses des Abatimbo (tambourinaires), on y voit la bravoure, le dynamisme et l'élégance du Burundais. Jouer du tambour revient aussi à démontrer la force et le courage du jeune guerrier jurant fidélité devant son roi.

Mais au-delà de tout ça, le tambour symbolise aussi le corps de la femme. Même que les parties qui composent l'Ingoma font référence à l'anatomie féminine : amabere (les seins), Inda y'Ingoma (l'abdomen), Mu kibenga (le vagin), etc. Le fait aussi de battre le tambour est un jeu de caresses et d'ébats amoureux.

C'est l'empiétement de ces symboles qui hérissait le vieux gardien du tambour Antime Baranshakaje, qui de son vivant, répondait à ce sujet d'un ton sévère : « Comment une femme pourrait-elle se battre elle-même ? C'est de la masturbation ! » À vous donc qui pensez que cette interdiction serait un coup à l'émancipation de la femme burundaise, je dirais que égalité des genres ne dit pas rivaliser avec l'homme, ni partir à l'abordage de tout ce qui fait notre culture.

Burundi

Nouveau round du dialogue de sortie de crise annoncé comme décisif

Vers une relance d'un dialogue inter-burundais en crise depuis plus d'une année. L'équipe du facilitateur… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.