31 Octobre 2017

Afrique de l'Ouest: Congrès du Collège ouest-africain des médecins - Les maladies non transmissibles, un fardeau pour l'Afrique

Photo: www.sante.gouv.sn/
Ministre de la santé du Sénégal, Abdoulaye Diouf Sarr

Le Sénégal est le deuxième pays francophone, après la Côte d'Ivoire, à abriter le Congrès du Collège international ouest-africain des médecins.

Le secrétaire général du ministère de la Santé a exhorté les médecins biologistes sénégalais à s'inscrire massivement au collège afin de participer à l'œuvre d'intégration médicale au sein de la sous-région.

Les travaux du 41ème Congrès international du Collège ouest-africain des médecins ont démarré hier à Dakar. La cérémonie d'ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de la Santé et de l'Action sociale, Ibrahima Wone. Dans son discours, le Pr Mamadou Mourtalla Kâ, vice-président du Collège ouest-africain des médecins et président de la section sénégalaise, a indiqué que le collège est une institution scientifique. Le collège, a-t-il ajouté, se définit comme le bras technique des gouvernements et de l'Organisation ouest-africaine de la santé. Depuis quelques années, les membres de ce collège, originaires de 15 pays de la Cedeao, travaillent à harmoniser leurs curricula pour que les Facultés de médecine dispensent les mêmes enseignements aux étudiants. Cette harmonisation des curricula permet à un médecin formé à Dakar de pouvoir travailler à Accra où à Praia.

« C'est une intégration totale qui doit être connue des populations », a expliqué le Pr Kâ. Ses propos ont été confortés par le secrétaire général du ministère de la Santé. Ibrahima Wone dit considérer le Collège ouest-africain des médecins comme une institution interétatique qui regroupe des médecins originaires des pays de la Cedeao exerçant dans les diverses spécialités médicales et biologiques. « A ce titre, le collège joue un rôle majeur dans l'intégration des peuples, plus particulièrement des médecins, des enseignants et chercheurs de l'Afrique de l'Ouest », a-t-il soutenu.

M. Wone a exhorté les médecins biologistes sénégalais à s'inscrire massivement au collège afin de participer à l'œuvre d'intégration médicale au sein de la sous-région. Il a rappelé que depuis sa création, un travail remarquable dans plusieurs domaines, en particulier dans la mise en œuvre de la formation de qualité des médecins en Afrique de l'Ouest, a été réalisé.

Fléaux sanitaires

Le collège participe également à l'élaboration des normes de pratiques professionnelles d'éthique et de morale, mais aussi de la promotion de la santé des populations ouest-africaines. « Votre rôle de conseiller des gouvernements de la sous-région, de l'Organisation ouest-africaine de la santé en matière de formation, de promotion de la santé et de recherche est particulièrement apprécié », a fait savoir Ibrahima Wone.

Le représentant du ministre de la Santé a aussi évoqué le thème du congrès : « l'Afrique face au double fardeau des maladies transmissibles et non transmissibles ». Selon lui, malgré des efforts soutenus, le continent continue à faire face à des fléaux sanitaires comme le paludisme, les hépatites, le Sida, la tuberculose, la fièvre hémorragique à virus Ebola... . Il a surtout regretté le fait que l'Afrique reste toujours une terre où la mortalité maternelle et infanto-juvénile pose d'énormes problèmes aux gouvernements. Le Sénégal, d'après M. Wone, a réalisé des progrès dans la lutte contre les grandes endémies infectieuses.

L'engagement des différents acteurs est à la base de bons résultats enregistrés dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Cependant, ces spécialistes de la santé comme les Etats africains sont de plus en plus confrontés à des épidémies émergentes comme la maladie à virus Ebola qui peuvent perturber le système économique du continent, a reconnu le Pr Mamadou Mourtalla Kâ.

Pour ce dernier, les autres défis sont les maladies non transmissibles comme le diabète, les cancers, les maladies inflammatoires qui posent d'énormes difficultés aux dirigeants africains. Il a conseillé les autorités sanitaires de continuer à travailler sur la prévention.

Sénégal

Foundiougne - Une soixantaine de morts dans des naufrages depuis janvier dernier (Croix-Rouge)

Plus d'une soixantaine de personnes sont mortes dans des naufrages dans le département de Foundiougne (Fatick,… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.