2 Novembre 2017

Burundi: Vers un contrôle strict des tambours du pays

Photo: RNW/Armel Gilbert Bukeyeneza
Les tambourinaires du Burundi changent de sexe

Au Burundi, le président a signé il y a quelques jours un décret qui vise à un contrôle strict de l'usage des fameux tambours du pays. L'objectif est de redorer l'image des tambours sacrés du Burundi, qui ont été inscrits au patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco en avril 2014 et qui s'étaient banalisés au cours des dernières décennies.

Héritiers d'une tradition séculaire et symbole de la royauté au Burundi, les tambours ont été pendant des siècles l'apanage de quelques tribus hutus et ne pouvaient être battus qu'à de rares occasions et en présence du Mwami, le titre porté par les rois de ce pays.

Mais avec l'instauration d'une République et les changements de mentalité, le tambour s'est peu à peu démocratisé. Et le gouvernement a décidé d'y remettre de l'ordre par décret « portant réglementation du tambour ».

Les groupes de tambourinaires avaient fleuri à travers tout le Burundi depuis quelques décennies. De nombreuses communes, quartiers ou écoles, avaient désormais des groupes attitrés pour agrémenter aussi bien les festivités officielles que les mariages, diplômes et autres fêtes de baptêmes.

Et suprême affront pour les puristes, quelques groupes de femmes tambourinaires avaient commencé à faire leur apparition timidement.

Tout cela est fini. Le nouveau décret présidentiel interdit strictement, et dès ses premières lignes, « aux personnes de sexe féminin » d'en jouer. Elles pourront tout juste danser sur sa musique.

Autre règle qui fait des mécontents, le décret de Pierre Nkurunziza veut désormais que les tambours ne soient plus battus que lors de cérémonies officielles, et par des groupes reconnus et enregistrés au ministère burundais de la Culture.

Pour les fêtes à caractère social, il faudra non seulement une autorisation spéciale, mais l'organisateur de l'événement ou le groupe de tambourinaires paiera en plus une redevance de 245 euros, de quoi décourager les centaines de groupes qui en vivaient.

Et si un groupe de tambourinaires va se produire à l'étranger, cette somme sera multipliée par pratiquement autant de jours qu'il va y passer.

Mais plus surprenant encore, c'est que ce texte n'ambitionne rien de moins que d'être appliqué dans le monde entier, selon son 2e article.

Et pour cela, les dizaines de groupes de tambourinaires de la diaspora burundaise sont sommés de se faire inscrire auprès des ambassades de leur ressort, et ils devront désormais débourser 245 euros pour chaque tambour présent sur scène s'ils organisent un spectacle.

Sinon, le décret du président burundais leur promet une forte amende.

Burundi

Nouveau round du dialogue de sortie de crise annoncé comme décisif

Vers une relance d'un dialogue inter-burundais en crise depuis plus d'une année. L'équipe du facilitateur… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.