2 Novembre 2017

Bénin: Début du recensement national au pays

Le Bénin va se doter d'un nouveau registre national de la population. Ce sera à l'issue du Recensement administratif à vocation d'identification de la Population (RAVIP) qui vient officiellement de démarrer.

Cette opération d'identification n'est pas la première organisée par le Bénin. En une décennie, le pays aura connu, entre autres, des recensements généraux de la population et de l'habitat, un recensement électoral national approfondi, un autre recensement administratif à vocation état civil, sans oublier la liste électorale permanente informatisée.

Mais pour les principaux acteurs, celui en cours actuellement revêt un caractère particulier. "C'est la forme la plus avancée de tous les recensements que le Bénin ait connu jusque-là", explique Jean Aholou, le président du comité technique de pilotage. "Il s'agira d'abord de doter les Béninois d'un numéro personnel d'identification et les étrangers d'un numéro personnel d'identification de résidents et de faire délivrer, à partir des numéros personnels d'identification une nouvelle carte d'identité électronique", poursuit-il. Et d'expliquer qu'un registre national des populations, ce dont le Bénin ne dispose pas jusqu'à ce jour, sera mis en place.

À peine entamé et déjà décrié

Ce que les organisateurs considèrent comme un important outil de développement ne fait cependant pas l'unanimité au sein de la population. Le Ravip est un recensement de trop, donc inopportun aux yeux par exemple de l'opposition que représente Léonce Houngbadji. "Combien de fois on va faire de recensement de la population ?", questionne-t-il. "Ça va apporter quoi aujourd'hui à nos compatriotes ? Ils meurent de faim, à l'intérieur du pays les Béninois n'ont pas un repas par jour. Nos compatriotes souffrent parce que le pays est mal géré. Si on ne fait pas le recensement aujourd'hui, est-ce que le Bénin sera rayé de la carte du monde ? Pas du tout ! Contrairement à ce que les gens disent, la finalité du RAVIP, ce n'est pas de moderniser les états civils, la finalité c'est mettre en place un nouveau fichier électoral afin de frauder lors des prochaines élections à venir", assène Léonce Houngbadji.

Les prochaines élections au coeur des inquiétudes

S'ils soupçonnent d'autres intentions derrière cette opération, les membres du Front pour le sursaut patriotique décrient également la société SAFRAN, chargée d'exécuter sa mise œuvre."Vous savez que partout où Safran dépose ses valises il y a toujours la fraude, il y a toujours des mascarades, tripatouillages, le trucage de fichier électoral. Et il y a même eu des plaintes contre Safran au Kenya, donc ce cas seul suffit largement. Au Nigeria Safran a fait la même chose et a été condamné en France pour corruption active. En Guinée c'est la même chose, et même aux Etats-Unis. Donc nous avons des exemples patents. Nous aimons tellement notre pays, ne nous demandez pas de croiser les bras et de dire "oui, tout va bien se passer" Jamais !... ", s'indigne Léonce Houngbadji du Front pour le sursaut patriotique.

Pour l'instant, le recensement se déroule sans heurts dans l'ensemble des 546 arrondissements que comptent les 77 communes du pays.

Bénin

Fin de la grève dans le secteur de la santé

C'est la reprise du travail ce vendredi 17 novembre dans les hôpitaux et centres de santé du Bénin… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.