3 Novembre 2017

Algérie: « Où va l'Afrique, où va le Sénégal, dites-le en toute vérité - défis aux Citoyens et Laïcs chrétiens »

« ... Si penser est une grande chose, penser est d'abord un devoir, une grande responsabilité. Cherchons avec le désir de trouver et de trouver avec le désir de chercher encore... », (Saint Augustin (l'Africain).

Et encore, d'un autre Auteur africain :

« ... Si l'Afrique est le berceau de l'humanité, elle doit se donner pour mission de protéger et de promouvoir, cette humanité ... »

CHAPITRE I : Quo Vadis Africa, Quo vadis Sénégal ? Où vas-tu Afrique, où vas-tu Sénégal ?

« ... Où va le Sénégal ? Où va l'Afrique : Deux questions que nous nous sommes posé et qui sont posées à notre Continent, à notre Pays par des Assemblées de Citoyens soucieux du devenir de notre Continent et de nos populations : Les Assises des deux Synodes de l'Église en Afrique et les Assises Nationales du Sénégal.

A/- Où vas-tu Sénégal et toi Afrique ?, s'interrogent les citoyens sénégalais présents aux Assisses. Ces questions et interpellations ont été lancées et formulées par deux assemblées différentes et intervenant à des niveaux et à des plans différents, mais orientées vers un même but : sortir notre cher continent et nos pays de leur situation difficile pour leur offrir un avenir d'espoir et une vie meilleure et digne, faire de nos populations, des hommes et des femmes « debout et non courbés, couchés ».

Partout dans notre continent et dans nos pays c'est le même constat général, la même situation. De graves problèmes, en effet, interpellent les chrétiens et les citoyens d'Afrique. Il s'agit de situations de pauvreté, de maladie, d'injustice, de misère, d'exploitation, de manque de dialogue, de chômage et de manque de perspectives, de violences, de mal gouvernance ! Notre continent est semblable à ce voyageur attaqué sur son chemin par des bandits qui le rouèrent de coups et le dévalisèrent, le laissant pour mort au bord de la route, attendant un « Bon samaritain » pour le sortir du ravin où il est couché, pour le soigner ! (cf. Ecclésia in Africa).

Face à cette situation et à tous ces problèmes qui assaillent notre continent et notre pays, les Assisses Nationales et les deux « Synodes d'Afrique », du mois d'octobre 2009, ont donc pour but de chercher et proposer des sorties de crise, des solutions pour soulager nos populations et leur apporter l'aide et l'espoir en proposant notamment, la Réconciliation, la Justice et la Paix, cette paix qui est la condition du développement intégral.

A nous chrétiens en particulier, l'Église nous demande d'être d'authentiques témoins actifs et vivifiants comme le « sel et la lumière » au milieu du monde où nous vivons, ce monde parfois « compliqué », de la famille, de l'économie, du travail, de la politique, ce monde dans lequel nous vivons avec nos sœurs et nos frères d'autres confessions et d'autres convictions. Frères et Sœurs avec qui nous formons une même communauté nationale, une même famille !

« Quo Vadis » Afrique ! Où vas-tu ?

« Quo Vadis » Sénégal ! Où vas-tu ?

- Ce sont là les questions qui nous sont posées et qui nous interpellent ! Avec notre Pasteur, Monseigneur le Cardinal Adrien SARR, Délégué du Vatican au second Synode d'Afrique, avec tous les Évêques du Sénégal, avec tous nos concitoyens du Sénégal et d'Afrique, nous sommes interpellés, et répondons présents à toutes ces deux assises, nous sommes à notre place de chrétiens, de citoyens du Sénégal, d'Afrique et du Monde présents et ouverts à la lumière de Pâques ! de Noël !

Il suffit d'examiner quelques chapitres de ces Assises pour se convaincre qu'elles ont des préoccupations communes : exemples :

a. L'Afrique à l'Aube du XXIème Siècle : Situation

b. Priorités : Sociopolitique

Socioéconomique

Socioculturelle

c. Religions, paix et justice

En reprenant les paroles du Synode, des questions sont posées :

« Comment parler de Bonne Nouvelle à une Afrique saturée de problèmes ?, comment être Église, Sacrement du Salut ? Comment être Sacrement du Salut pour cette société en détresse ? Il est nécessaire que l'Église en Afrique donne sa contribution à la construction de la justice et de la paix comme expression de l'Évangélisation intégrale. Les problèmes les plus graves du continent nous semblent provenir aussi des mauvaises gestions politiques et économiques et de la corruption. L'Église doit être à côté de la Femme africaine et doit trouver des voies et moyens pour la libérer de la marginalisation et de la discrimination... Il faut donner espoir aux jeunes ». (Cardinal THIANDOUM, Rapporteur du Synode). Et l'on pourrait même, l'on devrait se poser d'autres questions comme celles-ci :

- Quel est-il ce Sénégal en marche et où va-t-il ?

- Qui suis-je, moi Sénégalais en marche et où vais-je ?

- Quelle est-elle cette Afrique en marche ? Où va-t-elle ?

- Qui sommes-nous, nous africains en marche ?

Certains me diront que cette palette de questions a été servie et resservie ! Soit ! Je reste convaincu cependant que souvent nous ne sortons pas de ce que j'appellerais : des MYTHES, MASQUES, PERSONNAGES, IMAGES imposés à l'Afrique par l'histoire et ses discours tels : ceux d'Adam et d'Eve, de Caïn et d'Abel, d'Isaac et d'Ismaël, d'Israël et les Égyptiens, de l'esclavage, de la colonisation, des religions, de la coopération, de la Mondialisation et des rapports inégaux, voire même ceux de nos familles et regroupements privés. Le problème que je pose et qui me parait fondamental est celui d'un « Mal sénégalais et peut être aussi Africain » qui renvoie à une sorte de responsabilité partagée et qui invite à une introspection collective et à une prise de conscience et à une catharsis libératrice et purificatrice pour un type de sénégalais « nouveau » œuvrant pour une citoyenneté active au service de la justice et de la paix.

Où va le Sénégal ? La question est fondamentale ! Elle renvoie à l'autre, à soi-même, à nous-mêmes ! Ne nous trompons pas ! car : « Tel Peuple, tels Dirigeants ! » Et encore « quand on ne sait plus où l'on va, on retourne d'où l'on vient » !

B/- Or donc, où va le Sénégal, et où allons-nous ?

- Où va notre Jeunesse ?

- Où va la Famille sénégalaise ?

- Que fait-on des valeurs ancestrales ?

- Qu'en est-il de notre culture ?

- Comment se comporte t- on avec l'argent ?

- Qu'en est-il du Peuple ?

Ce sont des questions auxquelles il faut trouver des réponses pour asseoir notre Nation et en faire une Patrie aimée et respectée. Nous avons parlé plus haut, de personnes et de communautés de personnes. C'est important, car à regarder de prés, l'individu, la personne n'ont pas la même charge. L'individu est un et peut être fondu, annihilé par le groupe qui l'enserre, l'avale. La personne, elle, est un être libre, chargé de forces et de pulsions, lié à autre dont il est conscient d'appartenir et d'en tirer son identité propre : cet autrui peut être son phylum parental, les autres membres de la société, une communauté, la nature et tout son environnement, voire le transcendant, Dieu.

C'est de cette façon que la personne peut être définie comme « un nœud de relations ». Mais en raison de son esprit libre, elle est capable de se sentir différente des autres, groupes ou communautés. Dés lors, elle devient capable d'accepter ou de refuser, de coopérer et de participer, d'inventer et d'innover, de créer, de se détacher du groupe et de créer avec d'autres personnes, des communautés de partage de vie.

Notre réflexion sur la personne n'est pas innocente dés lors que nous parlons de l'Afrique ou du Sénégal en nous demandant où elle va ? Où allons nous avec tout notre passé et nos traditions ? Où allons-nous avec tout le poids de notre passé, de la rencontre forcée avec les autres hommes, les autres cultures et civilisations ? Où allons-nous avec et après les chocs subis, l'esclavage, la colonisation, les rapports inégaux, la mondialisation ! Où va l'Afrique, le Sénégal après et avec toutes les crises traversées, subies ? Quand, comment construire des personnes et des communautés de personnes et renaître vraiment ? Au-delà des grands discours, des grands monuments et grandes récriminations et démonstrations, il faut revenir à l'essentiel : Réinventer notre Devenir et dire avec le Gouverneur de la rosée : « La terre, c'est une bataille jour après jour, une bataille sans repos : défricher, planter, sarcler, arroser jusqu'à la récolte, et voir le champ murir, couché devant toi, le matin, sous la rosée, dire : moi un tel, gouverneur de la rosée ! ». Oui ! Jour après jour, soyons à la tâche, travaillons et demandons-nous sans cesse où nous allons, où nous en sommes ?.... »

... In « Où va l'Afrique ? » Dakar, Harmattan...

Président d'Honneur de

Présence chrétienne

Algérie

Leicester City - Mahrez surpris par la méthode Puel

Ryad Mahrez est surpris. Alors que l'Algérien et ses coéquipiers ne sont pas habitués à… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.