6 Novembre 2017

Madagascar: Projet de loi de finances - Un budget de 40 milliards d'ariary pour la présidentielle

Confirmation. Le projet de loi de finances 2018, confirme les affirmations des tenants du pouvoir, selon lesquelles l'élection présidentielle se tiendra l'année prochaine. À la lecture de l'exposé des motifs du projet de loi de finances, l'Exécutif prévoit une enveloppe de 40 milliards d'ariary pour ce scrutin.

« (... ) le Gouvernement central continuera à assurer le renforcement de l'État de droit et de la démocratie. Il convient de rappeler que l'année 2018 sera marquée par la préparation et l'organisation de l'élection présidentielle. Ainsi, un montant de 40 milliards d'ariary sera alloué », indique l'exposé des motifs du projet de loi de finances.

Cette somme correspond à celle déjà avancée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), lors des différentes interventions médiatiques concernant la contribution étatique nécessaire pour la présidentielle. « Ces 40 milliards d'ariary prévus dans le projet de loi de finances découlent des échanges entre la CENI et le ministère des Finances et du budget », explique une source auprès de l'entité électorale.

Elle souligne, par ailleurs, que ce montant « sera uniquement alloué aux dépenses pour le processus de l'élection présidentielle ». Aux 40 milliards d'ariary projetés par l'Exécutif, s'ajouteront les 12 millions de dollars qui seront injectés par les partenaires internationaux dans le « basket found », du projet de Soutien au cycle électorale à Madagascar (SACEM).

Élections majeures

La source auprès de la Commission électorale ajoute que l'évaluation du budget dépend du type de suffrage à préparer. « Si nous avons évalué que les préparatifs de la présidentielle nécessitent 40 milliards d'ariary de la part de l'État, d'autres scrutins comme le référendum pourraient ne pas nécessiter autant », indique-t-elle.

En parcourant le projet de loi de finances, une question titille les esprits. N'y aurait-il alors, pas d'autres scrutins que la présidentielle, prévue pour l'année 2018 ? Les tenants du pouvoir martèlent, depuis quelques semaines, leur intention « de débattre », sur l'opportunité de reviser les dispositions constitutionnelles relatives aux élections.

À demi-mot des responsables étatiques concèdent que « les débats », sur la révision de la Loi fondamentale conduiront indubitablement à un référendum afin de ne pas sortir du cadre constitutionnel et démocratique. L'élection présidentielle est, pourtant, le suffrage à organiser en 2018, précisé dans le projet de loi de finances. À part le paragraphe de l'exposé des motifs où la somme de 40 milliards d'ariary pour la présidentielle est indiqué, le texte utilise, pourtant, le pluriel lorsqu'il évoque « les élections ».

Il y est dit, par exemple que « l'année 2018, sera celle des élections majeures. Les moyens nécessaires devront être déployés pour que ces dernières soient libres, équitables et transparentes. Des lignes budgétaires seront alors dédiées au financement de ces scrutins, gages du bon déroulement du processus démocratique ». Le document parle aussi, de « préparation des élections nationales ».

Le projet de loi de finances avance, également, que « 20,4% des financements internes pour assurer le bon déroulement des élections en 2018 ». Une source auprès du ministère des Finances tente d'arrondir les angles en soutenant que « le budget prévu pour les élections est réuni dans un package. Les 40 milliards d'ariary seront, cependant, alloués à la présidentielle ». La présidentielle pourrait servir d'épilogue aux « processus démocratiques », qui pourraient se tenir en 2018.

Madagascar

Union africaine - Ramtane Lamamra à Tsimbazaza

Dans le cadre de sa mission à Madagascar, l'émissaire de l'Union africaine Ramtane Lamamra a… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.