5 Novembre 2017

Burkina Faso: 40000 logements sociaux et économiques - Passer à la vitesse supérieure

Le ministère à l'Urbanisme et de l'Habitat a tenu le 3 novembre 2017 à Koudougou, un Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) extraordinaire sous le thème : « Mise en œuvre du Programme national de construction de logements (PNCL) : quelle stratégie adoptée pour garantir la réussite à l'horizon 2020 ?».

L'urbanisation au Burkina Faso est caractérisée par une forte croissance observée principalement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso selon le ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat (MUH). Le rythme est tel que le fossé entre les besoins des populations et la réalisation des équipements et infrastructures urbains de base se font toujours plus grands. A cette insuffisance des équipements et infrastructures collectifs, s'ajoute une pénurie croissante de logements décents. Ces difficultés ont engendré la naissance et l'expansion de «bidonvilles» communément appelés non-lotis dans les zones périurbaines et parfois même en pleine ville.

Ainsi, en 2009, le territoire urbain de Ouagadougou était occupé à 24% par les quartiers non-lotis où vivaient 33,5% de la population. C'est pourquoi, la résolution des problèmes de logement a été inscrite dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), afin d'apporter une solution décisive à la crise du logement dans les villes.

C'est ainsi qu'il a été décidé de la mise en place du Programme national de construction de logements dont le projet de 40 000 logements à réaliser à l'horizon 2020. Le MUH tient à réussir ce projet d'où la tenue d'un Conseil d'administration du secteur ministériel (CASEM) extraordinaire, le 3 novembre 2017 à Koudougou, sous le thème : «Mise en œuvre du PNCL : quelle stratégie adoptée pour garantir la réussite à l'horizon 2020 ?».

Il s'est agi pour les membres du conseil, de mener la réflexion et de partager les idées entre les acteurs du projet, à créer les meilleures conditions pour une mise en œuvre diligente et performante du programme. Au-delà de la réflexion sur l'opérationnalisation du PNCL comme plat de résistance, il a été soumis aux participants au CASEM, de faire des propositions concrètes sur la mobilisation du foncier, le financement du logement, l'administration de la demande et la mise en place du guichet unique du logement.

Pour le ministre Dieudonné Maurice Bonanet, le présent CASEM extraordinaire de son département est une belle opportunité pour mener une fois de plus, et de façon profonde, la réflexion à la mise en œuvre efficace et efficiente du PNCL afin de répondre aux besoins urgents et légitimes des Burkinabè en matière de logement. Selon lui, à ce jour, la mise en œuvre du programme national de construction de logement est entrée dans une phase active qui va nécessiter un processus d'accompagnement pertinent et efficace.

Aussi, il a signifié à ses collaborateurs qu'il est impérieux pour eux d'être pragmatiques et efficaces pour l'amélioration des conditions de vie des Burkinabè à travers la réalisation effective des logements prévus dans le cadre du PNCL. Aussi, il a estimé qu'il est temps de passer à la vitesse supérieure en matière de production de logements sociaux et économiques en construisant les 40 000 logements d'ici à 2020.

Burkina Faso

Suisse - Burkina - La Commune de Lens honore Salifou Diallo

La coquette petite commune de Lens, nichée à près de 1400 mètres d'altitude, a honoré… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.