6 Novembre 2017

Madagascar: Mananjary - Deux casseurs de caveaux assassinés

Pris en possession de trois sacs tissés, pleins à ras bord d'ossements humains, deux individus ont été tabassés à mort.

Une onde de choc s'est abattue sur Sahandroy Mananjary. Pris en possession d'ossements humains, deux individus ont été lynchés à mort jeudi après-midi.

L'étau s'est resserré autour des deux individus battus à mort lorsque le comité local de sécurité du village de Sahanavaka, ainsi que les notables ont été mis au parfum que le duo cherchait des preneurs d'ossements humains.

Pour les prendre dans leurs filets, deux membres du comité de vigilance se sont fait passer pour des acheteurs potentiels. Le rendez-vous pour la transaction a été alors fixé dans la nuit de mercredi à jeudi à 2 heures du matin. N'ayant pas flairé le piège, les deux suspects y ont répondu présents. Ils sont venus avec trois sacs de polyéthylène tissé, pleins d'os longs à craquer.

Les deux membres du comité local de sécurité qui se sont fait passer pour des clients ont annoncé la couleur sitôt la marchandise prohibée présentée. En un éclair, d'autres villageois sont venus à la rescousse pour se saisir des deux présumés pilleurs de sépulture.

Enquête

D'emblée, ces derniers ont été amenés au chef lieu de commune de Sahandroy, situé à environ 80 km du chef-lieu de district de Mananjary.

Alors que les deux individus ont été traduits devant le conseil des sages, jeudi après-midi, pour répondre de leur acte, des habitants d'une localité, située dans une zone tampon avec Manakara et dont le caveau familial a été pillé il y a un mois, ont débarqué.

Venus avec une vingtaine de paires de bras, ces villageois en furie se sont déchainés jusqu'à ce que mort s'ensuive sur les deux jeunes hommes, démasqués en pleine transaction.

Ils ont quitté les lieux, mine de rien, après en avoir fini avec les deux individus, pour refaire la longue marche jusqu'à leur village à Manakara. Les deux suspects battus à mort sont des environs. Après le double meurtre, leurs familles respectives sont venues récupérer leurs dépouilles pour les funérailles.

La compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mananjary n'a été alertée que dans la soirée, vers 20 heures. Les corps maculés de sang des défunts attendaient les gendarmes lorsqu'ils sont intervenus.

«Il ne s'agit pas d'acte de vindicte populaire. On a affaire à des coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort, dont les auteurs sont connus. L'enquête est en cours», lance le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mananjary.

Madagascar

300 maires de communes rurales s'associent pour interpeller l'Etat

Ne pas oublier les communes rurales de Madagascar. C'est le message que veulent lancer les maires ruraux de la Grande… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.