6 Novembre 2017

Kenya: Une campagne de boycottage de l'opposition pas toujours très populaire

Au Kenya, l'opposition a lancé son mouvement de résistance pour contester l'élection du 26 octobre.

La Nasa a ainsi donné jusqu'à vendredi à ses militants pour appliquer le boycottage de trois grandes entreprises kényanes : Bidco, fabriquant d'huile alimentaire et de savon, Brookside Dairy, groupe laitier propriété de la famille Kenyatta, et enfin Safaricom, premier opérateur téléphonique, accusées d'avoir été complice des fraudes du pouvoir.

Pour donner l'exemple, le leader de l'opposition Raila Odinga a affiché devant les caméras son adhésion à Airtel en abandonnant Safaricom. Sauf que boycotter l'entreprise de télécommunication n'est pas sans conséquence. Reportage.

Safaricom c'est le champion incontesté du marché des communications au Kenya. L'entreprise représente plus de 70% des abonnements mobiles. Quant au très populaire service de paiement par SMS, le groupe compte 22 millions d'utilisateurs, dix fois plus que son principal concurrent Airtel.

L'Association des distributeurs de Safaricom a donc choisi d'afficher son hostilité à ce boycott. « Cet appel pourrait affecter tous les commerces. Avec la campagne électorale, nous avons vraiment, vraiment, constaté une baisse d'activité, rapporte la présidente de l'association, Esther Muchemi.

La mauvaise politique va nous toucher encore plus. Nous aidons l'économie, nous représentons beaucoup de travailleurs et lorsqu'ils nous disent qu'ils ne peuvent plus mettre de pain sur la table, nous sommes inquiets.

Alors nous disons aux politiciens : calmez-vous ! Ecoutez-nous ! Parce que nous dirigeons l'économie. Occupez-vous de politique, mais laissez-nous gérer les affaires. »

L'association estime que ce boycott met en danger un million d'emplois.

Pour autant, l'opposition n'a pas été attendrie. Cet après-midi, les leaders de la Nasa, comme l'ancien vice-président Musalia Mudavadi sont allés dans une boutique Airtel de Nairobi souscrire à un nouvel abonnement.

« Nous voulons que les gens aient conscience de l'injustice électorale, se justifie-t-il. Nous ne voulons pas que les Kényans soient passifs. A ceux qui font des affaires, nous leur disons : laissez-nous obtenir justice.

Quand des institutions sont soupçonnées d'avoir volé la volonté du peuple, c'est important de leur montrer que ce n'est pas le Kenya que nous voulons. »

Après lui, le médiatique avocat Miguna Miguna a précisé que cela ne pénalisait en rien l'économie puisque Airtel était une compagnie kényane, au même titre que Safaricom.

Kenya

La Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta

Le Cour suprême du Kenya a rejeté lundi 20 novembre les deux recours demandant l'invalidation de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.