8 Novembre 2017

Cameroun: Zonr anglophone - Un gendarme tué après l'attaque d'un lycée à Jakiri

Photo: Le Pays
Manifestation au Cameroun

La crise au Cameroun en zone anglophone continue. Pour la première fois, un gendarme a été tué ce 6 novembre dans la localité de Jakiri, non loin de Bamenda, dans la province du nord-ouest. Les autorités camerounaises, qui ont confirmé l'information, accusent un groupe de sécessionnistes d'être responsable de la mort du gendarme.

Selon les autorités camerounaises, un groupe d'une dizaine de personnes, armées de lances, de pierres et de machettes, a perpétré une attaque contre le lycée technique de Jakiri, à l'est de Bamenda, afin d'en expulser les enseignants et les élèves.

Le proviseur du lycée a alerté la police et la gendarmerie stationnées à proximité. Dès qu'ils ont vu les forces de l'ordre, les assaillants ont fui dans la brousse. Le gendarme a été tué au moment où les policiers organisaient une battue.

« Mode opératoire »

« Ils l'ont abattu froidement, déclare Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement camerounais. Son corps était criblé de balles ». Une enquête a depuis été ouverte pour éclaircir les circonstances de sa mort « pour que la force reste à la loi ».

Le ministre met en cause les « sécessionnistes » anglophones. « C'est leur signature, leur mode opératoire, estime-t-il.

Il leur permet de parvenir aux objectifs qu'ils se sont fixés, à savoir intimider, brutaliser pour parvenir à leurs objectifs qui consistent à empêcher les parents d'envoyer leurs enfants à l'école ».

Cameroun

spectaculaire incendie à l'Assemblée nationale à Yaoundé

Un grave incendie a ravagé une bonne partie de l'Assemblée nationale camerounaise, dans la nuit de jeudi… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.