8 Novembre 2017

Afrique: Culture de bananes - La FAO et l'Equateur lance un nouveau manuel visant à améliorer la sécurité des ouvriers du secteur

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le gouvernement de l'Equateur ont présenté mercredi un guide pratique pour améliorer les conditions de travail des ouvriers exerçant dans le secteur de la banane.

Le secteur de la banane représente une source de travail et de revenus essentiels pour des milliers de ménages ruraux dans les pays en développement. Bien qu'initialement destiné aux ouvriers équatoriens, le manuel peut s'adapter à d'autres régions du monde.

Présentée à Genève dans le cadre de la Troisième Conférence du Forum mondial de la banane, le guide contient une série de recommandations adressées à l'intention des formateurs et des ouvriers travaillant dans le secteur, portant sur la meilleure manière de gérer les risques au sein des exploitations bananières et de travailler en toute sécurité.

L'ouvrage comprend une vaste gamme de recommandations pour mieux manipuler, stocker et utiliser les pesticides et produits agrochimiques et propose des mesures pour mieux se protéger, avec notamment les gestes de premiers secours à suivre en cas de situations d'urgence.

Il est également question de normes d'hygiène, d'informations sur les risques ergonomiques et des différentes manières de mettre un terme aux violences liées au genre et aux autres violations des droits de l'homme.

« Ce manuel représente un grand pas en avant en matière de défense des droits des ouvriers », a déclaré le Ministre équatorien du travail, Raúl Clemente Ledesma Huerta, alors qu'il s'exprimait au cours de la Troisième Conférence du Forum mondial de la banane. « Cette initiative pionnière devrait être reproduite dans d'autres pays producteurs de bananes ».

La banane, après les céréales, le sucre, le café et le cacao, est le produit agricole le plus commercialisé au monde et les menaces d'une baisse de son coût de production conduisent souvent à des conséquences désastreuses pour les droits des ouvriers et pour l'environnement.

Les plantations de bananes requièrent 10 fois plus de pesticides que les plantations conventionnelles dans les pays développés.

En outre, comme cela est évoqué dans le manuel, une longue exposition à ces produits agrochimiques peut causer de sérieux problèmes de santé pour les travailleurs et les communautés environnantes.

Afrique

Le Sénégal 4ème pays adhérent à la norme du Fmi sur les données statistiques

Le Sénégal est le quatrième pays de l'Afrique sub-saharienne à adhérer à la… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.