9 Novembre 2017

Madagascar: La société civile s'inquiète de la vulnérabilité des activistes

A Madagascar, les organisations de la société civile unissent leurs forces pour le respect des droits humains et organisent un séminaire de trois jours sur ce thème.

Selon elles, le pays a encore des progrès à faire en la matière, notamment concernant l'accès à la terre, le droit à un travail décent, mais aussi la protection des militants écologistes.

Ces derniers mois, ils sont plusieurs à avoir été arrêtés et emprisonnés pour avoir défendu les ressources naturelles de Madagascar.

L'angoisse des militants écologistes malgaches, Clovis Razafimalala la connaît bien. Par précaution, sa femme et ses enfants ne vivent plus avec lui. Depuis dix ans, il s'évertue à dénoncer les trafics de bois de rose dans les forêts de sa région, dans le nord-est de Madagascar.

Arrêté en septembre 2016, Clovis a passé dix mois en prison en attendant son procès. Accusé, entre autres, d'incitation à la rébellion, il est finalement condamné en juillet dernier, à cinq ans de prison avec sursis : « C'était un moyen de me faire taire à mon avis. Je ne peux pas trop parler depuis cinq ans.

Je ne peux pas dévoiler quelque chose concernant les trafics. Je conserve la forêt. Cela dérange beaucoup parce que j'ai eu beaucoup de menaces en faisant mon travail, des menaces de mort ».

« C'est très dangereux d'être activiste à Madagascar »

Parmi la dizaine d'organisations de la société civile qui se sont rassemblées pour défendre les droits humains, l'Alliance Voahary Gasy, la plateforme des associations environnementales malgaches.

Et son président Ndranto Razakamanarina connaît bien les risques encourus par les activistes : « C'est très dangereux d'être un activiste à Madagascar. La société civile ne se taira pas malgré que les autorités ne nous écoutent pas toujours.

Ce que nous attendons, c'est que ces gens-là qui luttent pour le bien des ressources naturelles à Madagascar puissent avoir leurs droits aussi.

Parce que vous savez qu'il y a quatre activistes qui ont été incarcérés pour des raisons qui sont fausses, selon nous. Et on voudrait vraiment la protection de ces activistes et de leur famille ».

La dernière arrestation d'un activiste environnemental date du mois dernier. Il a été condamné à deux ans de prison avec sursis.

Madagascar

COP 23 - De beaux discours pour le pays

De belles paroles doivent être accompagnées de beaux actes. Tel est l'intérêt de la 23e… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.