9 Novembre 2017

Sénégal: La Mtoa menace de revoir à la baisse les 14 milliards verses chaque année à l'État

Le président de la Commission de la lutte anti-fraude de la Manufacture de tabac de l'Afrique de l'Ouest (Mtoa), Papa Daou Coumba Niang, a déploré la chute du chiffre d'affaire de sa société dans la zone sud-est du Sénégal du fait de la concurrence des paquets de cigarettes dénudés d'images de maladies sanitaires.

Dans une déclaration de presse, le mardi 7 novembre dernier, Papa Daou Coumba Niang a ainsi tenu à mettre en garde les autorités sur les conséquences que pourraient entrainer cette circulation de ces produits frauduleux sur les 14 milliards de francs Cfa que la Mtoa verse chaque année à l'Etat, en termes de recette fiscale.

La circulation sur le marché sénégalais de paquets de cigarettes dénudés d'images de maladies sanitaires inquiète au plus haut sommet des responsables de la Manufacture de tabac de l'Afrique de l'Ouest (Mtoa). Quelques jours après la sortie de Seydina Alioune Niang, responsable de la gestion industrielle à la Manufacture de tabac de l'Afrique de l'Ouest pour dénoncer «la présence illicite des paquets de cigarettes dépourvus d'images et de messages sanitaires dans la région de Tamba», c'est autour de son collègue, Papa Daou Coumba Niang, président de la Commission de la lutte anti-fraude de la Mtoa de revenir à la charge.

Dans une déclaration de presse, le mardi 7 novembre dernier, le président de la Commission de la lutte anti-fraude de la Mtoa a notamment tenu à mettre en garde les autorités sur les conséquences que pourraient entrainer cette circulation de ces produits frauduleux sur les 14 milliards de francs Cfa que la Mtoa verse chaque année à l'Etat, en termes recette fiscale.

«Aujourd'hui, grâce à la fraude, la disponibilité des paquets de cigarettes dénudés d'images de maladies sanitaires au niveau de la zone sud ne se pose plus au point que les commerçants grossistes et détaillants de nos produits ne parviennent plus à faire écouler leur marchandise. Puisque ces cigarettes issues de la fraude sont vendues à des prix défiant toute concurrence, sans contrepartie fiscale pour l'Etat», a-t-il souligné. Avant de poursuivre: «si cette chute de nos ventes continue, cela pourrait affecter les 14 milliards que nous versons annuellement à l'Etat du Sénégal parce que cette enveloppe est liée aux volumes que nous réalisons. Si nous vendons moins, nous donnons moins à l'Etat».

En effet, selon lui, depuis l'introduction des images et messages sanitaires sur les paquets de cigarettes, la Mtoa a constaté un changement de comportement chez ses consommateurs dans les zones de Tamba, Kédougou, Kidira et Vélingara. Ces derniers, poursuit-il, «ont tourné le dos à leur produit pour d'autres dont les paquets n'ont pas d'image et de message issues de la fraude et introduites au Sénégal depuis les pays limitrophes dont le Mali et la Guinée». «Rien qu'au mois de septembre dernier, nous avons constaté une baisse de 56% sur le volume de nos ventes au niveau de cette zone. Aucune société ne peut prétendre tenir longtemps dans ces conditions.

Au niveau national, la part de la fraude est 5.1% contre 31.5% sur cette zone-là. Cette situation pose problème dans la mesure où cela va non seulement remettre en question les efforts entrepris par l'Etat en matière de santé publique, mais aussi impacter sur les centaines de salariés de la Mtoa», souligne Papa Daou Coumba Niang qui fait état d'une perte de près de 400 cartons au mois de septembre dernier.

Sénégal

Investissement dans les infrastructures - Le Cabinet Kaizene veut favoriser des partenariats

Dakar abrite une rencontre de deux jours axée sur les Btp et les infrastructures organisée par le Cabinet… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.