9 Novembre 2017

Madagascar: Hécatombe à Ankazobe - Deux ans fermes pour le chauffeur du Boeing

Propriétaire du bus à étage, il écope aussi de deux millions d'ariary d'amende. Le verdict est tombé lundi.

Coup de massue judiciaire après le deuil des fidèles FJKM. Le verdict est tombé lundi pour l'affaire de

l'embardée dans un ravin d'un « Boeing» à étage, faisant vingt-et-un morts et cent dix-neuf blessés à Soaniadanana Ankazobe dans la nuit du 31 juillet au 1er août.

Diacre de l'église protestante (FJKM) de Soavinandriana, le chauffeur et propriétaire du car de marque Mercedes Néoplan impliqué dans cette hécatombe, a écopé de deux ans de prison fermes, assortis de deux millions d'ariary d'amende.

Il était accusé de négligence ayant entraîné la mort de plusieurs personnes.

La réclusion a été requise pour homicide involontaire incriminant l'accusé. Il est aussi frappé d'amende pour défaut de papiers du véhicule, dont l'expiration de l'acte de visite technique depuis le 28 février 2015.

Les victimes de ce bus de la mort étaient des fidèles de l'église protestante «Andon'i Hermona» Soavinandriana, dont des scouts ainsi que des pèlerins de la section des jeunes chrétiens (STK). Ils faisaient route sur Mahajanga pour un rassemblement national lorsque leur périple vira à l'hécatombe au point kilométrique 72 de la nationale 4.

La mort semblait avoir pisté les occupants du car dès qu'ils avaient pris la route.

Des signes avant-coureurs comme de persistants problèmes de passage de rapports, de conduit d'échappement, une roue crevée ainsi qu'une défaillance au niveau du système d'air avaient occasionné des arrêts à Imerintsiatosika et à Anosibe.

Familles vindicatives

Alors que la nuit tombait, le bus bondé de monde poursuivait sa route sur l'axe Ouest. Les problèmes techniques qui semblaient être réglés avaient fini par mettre au tapis le mastodonte alors qu'il gravissait la forte montée en lacets d'Antanetilava puis de Sambaina, où une double chicane serrée guette dangereusement les automobilistes. En guise de mise en garde, un garde-fou en parapet zébré se dresse sur le côté droit de la route qui se jette dan un ravin à la paroi inclinée, plongeant sur une cinquantaine de mètres en contrebas.

Le pire s'est produit lorsque le passage à la vitesse inférieure a échoué. Le bus chargé de cent quarante passagers, soit le double du nombre de places autorisées, perdit de la puissance pour se mettre ensuite à reculer sur la montée escarpée et se renverser dans l'abysse meurtrière. En raison du dysfonctionnent du système d'air actionnant les freins, ceux-ci étaient devenus inopérants. Après quelques tonneaux, la Mercedes prit feu, condamnant à une mort certaine quelques passagers qui s'étaient retrouvés coincés dans ce piège de métal.

Cinq familles ayant perdu des proches dans ce drame se sont constituées partie civile.

Madagascar

300 maires de communes rurales s'associent pour interpeller l'Etat

Ne pas oublier les communes rurales de Madagascar. C'est le message que veulent lancer les maires ruraux de la Grande… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.