10 Novembre 2017

Maroc: L'Autorité marocaine du marché des capitaux se dote d'un "Collège des sanctions"

L'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, mercredi à Casablanca, son nouvel organe coercitif appelé "Le Collège des Sanctions", chargé d'instruire tous les dossiers pouvant faire l'objet d'une sanction administrative ou pénale.

L'installation de cet organe, qui fonctionnera en toute autonomie, fait partie des innovations majeures apportées par la loi n°43-12 relative à l'AMMC (ancien CDVM), qui a constitué un tournant historique en matière de la régulation financière au Maroc et de renforcement du statut juridique du régulateur et de ses pouvoirs, rapporte la MAP.

La présidente de l'AMMC, Mme Nezha Hayat, a salué les qualités et l'expertise des membres du Collège, présidé par le magistrat Hassan El Afoui, président de la Cour d'appel du tribunal de commerce de Casablanca, qui sera épaulé par deux membres, Me Azzedine Kettani, avocat au barreau de Casablanca, et Abdeljalil Chraibi, praticien chevronné ayant occupé diverses fonctions au sein de grandes entreprises de la place marocaine.

Mme Hayat a noté que le président de cet organe est désigné par le ministre chargé des finances sur proposition du ministre de la Justice, alors que les deux autres membres sont choisis intuitu personae par le Conseil d'administration de l'AMMC.

Le Collège est aujourd'hui opérationnel et représente la seule instance habilitée à instruire les dossiers pouvant faire l'objet d'une sanction administrative ou pénale, a-t-elle insisté.

Pour sa part, le président de l'organe a présenté un exposé exhaustif sur le processus de mise en place du Collège des Sanctions, ainsi que sur la procédure de sanction "conçue pour répondre avec célérité et efficacité aux saisines, notamment à travers l'instauration d'un certain nombre de délais à respecter".

S'agissant des sanctions, M. El Afoui a fait savoir que le collège est censé émettre des avis proposant des sanctions en cas de manquement, voire la transmission pure et simple du dossier à la justice en cas d'infractions.

Il a, par ailleurs, relevé que les sanctions peuvent concerner à la fois les personnes physiques comme les commissaires aux comptes et les personnes morales qui sont soumises au contrôle de l'AMMC.

En vertu des statuts, les membres du Collège des Sanctions sont désignés sur la base d'un mandat de 4 années, renouvelable une seule fois, avec pour mission d'instruire les faits dont il est saisi par le président de l'AMMC et d'émettre un avis quant au sort à leur réserver.

Au titre de ses prérogatives, le Collège des Sanctions est habilité à émettre des avis proposant soit une ou des sanctions en cas de manquements, soit la transmission du dossier à la justice en cas d'infractions.

Maroc

Réticence à l'adhésion du Maroc dans la CEDEAO – Macky Sall calme le secteur privé

Le président Macky Sall a calmé les ardeurs du secteur privé sénégalais comme celui… Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.