9 Novembre 2017

Congo-Brazzaville: Vaccination - Le comité de coordination inter agence souhaite le maintien des indicateurs

Le médecin chef du Programme élargi de vaccination (Pev), le Dr Alexis Mourou Moyoka, a présenté le 9 novembre à la ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo, le plan pluriannuel élargi de vaccination complet 2018-2022, lors de la réunion du comité de coordination inter agence (CCIA) à Brazzaville.

L'objectif de la rencontre a été de rappeler aux différents partenaires l'importance de la vaccination comme moyen de prévention, afin de maintenir les résultats satisfaisants de la couverture vaccinale enregistrés depuis 2003, avec l'appui de l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation (Gavi), qui prendra fin le 31 décembre de cette année.

Alexis Mourou Moyoka a dégagé dans sa communication les indicateurs en matière de santé et le budget de la couverture vaccinale pendant cinq ans. Le Congo, a -t-il expliqué, présente des indicateurs très importants surtout au niveau infantile, avec l'apport de Gavi. Il a introduit les vaccins anti-pneumocoques, la poliomyélite injectable, le pentavalent et bien autres.

En 2011, l'initiative d'éradication de la poliomyélite, d'élimination du tétanos, a été prise par le gouvernement. Les épidémies, a poursuivi l'orateur, doivent interpeller les pouvoirs publics à penser à la résurgence des vaccins car l'épidémie de la rougeole menace le pays.

Il a, en outre, présenté l'objectif du plan pluriannuel complet. Il consiste à atteindre un pourcentage élevé de la couverture vaccinale d'ici à 2022 au niveau national dans les districts sanitaires pour les antigènes, a indiqué le médecin chef. Le Congo doit maintenir les indicateurs de performances du statut d'élimination du tétanos maternel néonatal.

A cet effet, a-t-il précisé, quelques stratégies élaborées par le comité de coordination interagence concernent la mise en place du comité consultatif national de vaccination, la mise en œuvre des stratégies, le renforcement des capacités managériales nationales, le renforcement des chaînes d'approvisionnement, du système de surveillance épidémiologique, etc.

Une attention particulière souhaitée sur toutes les épidémies

Le budget de la couverture vaccinale des coûts partagés non compris s'élève à 16,7 milliards de F CFA. Cette somme financée a servi à l'achat des vaccins de routine ainsi que des vaccins supplémentaires pour un coût de plus de 11 milliards de F CFA.

La ministre a annoncé la réception, dans les jours à venir, d'un lot de vaccins acquis avec le financement de la Chine.

« Dès 2018, le Congo devra prendre en intégralité la charge du financement de la vaccination car l'appui de Gavi prendra fin le 31 décembre de cette année », a-t-elle dit, avant d'ajouter : « Il faut qu'une réflexion soit menée avec les partenaires latéraux et le Système des Nations unies afin de pérenniser les actions de la vaccination ».

Selon elle, la situation géographique du Congo nécessite une attention particulière sur toutes les épidémies de la fièvre jaune et Ebola qui sévissent dans les pays voisins et qui pourront sans doute traverser les frontières.

Congo-Brazzaville

PABPS - Le budget 2018 fixé à plus de trois milliards FCFA

Au terme d'un conseil d'administration, tenu le 16 novembre dans la capitale, le budget exercice 2018 du port autonome… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.