9 Novembre 2017

Burkina Faso: Violences basées sur le genre - Un paquet de services essentiels pour les victimes

Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a lancé, le « paquet essentiel pour les femmes et les filles victimes de violences », au cours d'un atelier du 6 au 8 novembre 2017 à Ouagadougou.

Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) est résolument engagé dans la lutte contre les Violences basées sur le genre (VBG) dans le monde en général et au Burkina Faso en particulier.

C'est dans cette perspective qu'en collaboration avec l'ONU Femmes, l'OMS, le PNUD et l'ONUDC, il a mis en place en 2015 un programme conjoint mondial sur les services essentiels pour les femmes et les filles victimes de violence. Ce programme, aux dires de la représentante-résidente de l'UNFPA au Burkina Faso, Dr Edwige Adekambi Domingo, a produit le « paquet de services essentiels pour les femmes et les filles victimes de violences».

Selon ses explications, ce paquet comprend les services essentiels qui devraient être fournis aux victimes ainsi que les lignes directrices pour leur coordination. Ce sont les services sociaux, ceux de la santé, de la justice et de la police. Après des années d'expérimentation dans quatre pays-pilotes (Guatémala, Mozambique, Tunisie, Pérou), ledit paquet a officiellement été lancé au Burkina Faso au cours d'un atelier du 6 au 8 novembre 2017 à Ouagadougou.

Le but de ce lancement était de permettre aux acteurs intervenant dans la lutte contre le phénomène, de se familiariser avec le contenu du paquet, en vue de mettre en place un organe de coordination au niveau national pour traiter efficacement des questions de violences. Toute chose qui devrait conduire à l'élaboration d'un plan d'actions pour l'introduction d'une réponse multisectorielle coordonnée à la VBG ‘'au pays des Hommes intègres", foi de Mme Domingo. La ministre en charge de la Femme Laure Zongo, a salué la tenue d'une telle rencontre au regard de l'ampleur et de la recrudescence de certains types de violences au Burkina Faso.

Il s'agit, entre autres, des coups et blessures, de l'excision, du mariage d'enfants, de l'exclusion sociale, du viol, du harcèlement, etc. Convaincue que la violence à l'encontre des femmes et des filles constitue une violation grave des droits de la personne, elle s'est réjouie du lancement du paquet essentiel qui va permettre de renforcer le dispositif de lutte déjà mis en place par son département. Elle a invité les acteurs à bien se l'approprier afin de développer ensemble une réponse multisectorielle coordonnée à la VBG au Burkina Faso.

Burkina Faso

Rien n'a filtré de la comparution de l'ex-ministre Bassolé

Au Burkina Faso, le général Djibrill Bassolé a passé plus de sept heures, ce jeudi, au… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.