9 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Franc jeu !

Logiquement, le report des élections, au vu du temps qui reste avant le 31 décembre 2017, paraît une option évidente. Donc, par A+B, il appert, aussi, que l'acceptation d'une transition soit, de fait, une suite totalement logique.

Avec la caution de la communauté internationale pour des élections en 2018 et la programmation de la CENI, d'aucuns croiraient que tout baigne dans l'huile. Il n'en est rien. Même s'il peut y avoir de "bon sens". Car, la real politique congolaise entrave cette perspective dans le contexte des contradictions actuelles.

Avant-hier, encore, donc le mercredi 8 novembre, cette vue s'est illustrée avec la cinglante réaction de l'Udps aux projections du calendrier électoral qui va au-delà de 2017.

Elections avant le 31 décembre ou Transition sans Kabila et Nangaa, voilà les exigences de la fille aînée de l'Opposition qui épouse les vues de bien d'autres formations politiques.

Si rationnellement, l'impossibilité de la tenue des élections cette année est une évidence, la pilule d'une transition avec le Président Kabila ne passe pas à l'Opposition et auprès de bien d'animateurs des mouvements citoyens. Toutefois, aucun indice ne signale, de manière évidente, que ces opposants là aient cédé aux sirènes de la confrontation par la rue, irréversiblement.

D'autant qu'ils savent, pertinemment, ne point détenir les commandes de la force publique. Alors quid du blocage ? Plusieurs opposants sont d'avis, qu'aujourd'hui plus qu'en fin décembre 2016, que le pouvoir n'est pas disposé à jouer franc jeu.

Ce, pour bénéficier, à l'issue d'un énième forum ou non, d'un quitus pour jouir, après 2017, d'une nouvelle année et plus à la conduite des affaires publiques.

La fin en queue de poison des discussions directes, l'application rejetée du compromis du 31 décembre 2016 avec la signature controversée des Arrangements particuliers au Palais du Peuple servent d'arguments massues pour défendre cette thèse qui voudrait, il faut le dire, que la mouvance ait opté de rester ad vitam aeternam aux affaires.

Que faire pour que les purs et dures de l'opposition soient convaincus du contraire et lâche du lest ? L'Union Européenne dans sa réaction suite à la publication du calendrier électoral a proposé, de manière politiquement correcte et en sourdine, la bonne formule.

L'UE qui considère que cet almanach devrait ouvrir la voie à une transition pacifique, alerte le pouvoir sur le fait que ce schéma des élections pour être crédibles et inclusifs, se doit, absolument, d'être assorti de l'application des mesures de décrispation politique recommandées dans l'Accord de la Saint Sylvestre.

L'après 31 décembre demeure une épouvante sur les calendriers de plus d'un au Congo-Kinshasa comme ailleurs.

Si la perspective d'un consensus autour de cette période reste à chercher, l'application des mesures de décrispation politique avec surtout l'examen des cas emblématiques ne pourrait-il pas servir des signaux clairs du pouvoir envers l'Opposition?

Décrispation contre transition révisée, ne serait-il pas là l'issue honorable d'un franc jeu sur la scène politique entre Pouvoir et Opposition ? Et, cela pour le bien des congolais...

Congo-Kinshasa

Rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC.… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.