10 Novembre 2017

Sénégal: Retard du démarrage de la campagne de commercialisation de l'arachide à Kaolack

A un peu plus de trois (3) semaines avant son ouverture officielle, la campagne de commercialisation de l'arachide renoue avec ses irrégularités et imprévus.

Même si, aujourd'hui, le Comité interprofessionnel (CNIA) a déjà retenu 210 F Cfa pour l'échange d'un kilogramme d'arachide sur le marché national, les opérateurs qu'on taxe souvent de «véreux» commencent à investir le marché. Faisant fi du prix de l'année dernière (210 F Cfa) qui est toujours en vigueur jusqu'au démarrage officiel de la prochaine campagne, ces opérateurs achètent l'arachide à de viles prix, intercalés entre 175, 180 et 185 F Cfa le kilogramme au niveau des marchés hebdomadaires (louma).

Certains producteurs interrogés dans les marchés de Ndiba Ndiayène, Nioro, Ndramé-Escale, Ndiédieng, Passi, Ndoffane Wack-Ngouna et autres, où la situation persiste de plus en plus, ont tous révélé que c'est à cause des besoins structurants ayant surgi en ces périodes de rentrée scolaire, notamment les inscriptions des enfants, des futurs étudiants à l'Université ou au moyen secondaire, mais également pour le besoin du pèlerinage à la ville religieuse de Touba (Magal), ou couvrir d'autres charges sociales qui les interpellent souvent, que cette situation est née. Ces producteurs, qui trouvent que la date butoir d'ouverture de la campagne de commercialisation, fixée pour le 1er décembre prochain, est encore trop loin, disent ne plus être dans des dispositions d'attendre ce moment, compte tenu des nombreuses charges qui se présentent à eux et qui doivent impérativement être satisfaites.

Certains opérateurs interrogés dans ces lieux de spéculation, pensent, en effet, que le fait d'acheter à un prix inférieur à celui déjà planché ne revêt que de la vélocité. Car, même si la campagne n'est pas officiellement ouverte, l'idéale serait de respecter le prix précédemment fixé par le CNIA l'an passé et qui, de facto, est en vigueur jusqu'à présent sur le marché. Ces opérateurs s'inquiètent, cependant, du fait que malgré l'ampleur que revêt la situation, personne parmi les autorités n'a réagi et n'a essayé d'apporter une quelconque solution à ce problème.

Pendant ce temps, dans ces marchés hebdomadaires, des dizaines de camions sont chargés et convoyés chaque jour à des destinations inconnues. Et, les estimations en tonnes de graines enlevées passent quotidiennement de 50 à 100 tonnes d'arachide. D'ailleurs, la commission de suivi du ministère de l'Agriculture avait déjà été prévenue sur une telle situation, lors des précédentes rencontres périodiques, selon les exportateurs. Mais aussi des faits qui pourraient, sans doute, porter préjudice à l'avenir aux paysans sénégalais dans leurs revenus, et causer une campagne hypothétique à la filière concernée.

Sénégal

Descente implacable aux enfers de Michael Reza Pacha, les masques tombent

Confidentiel Afrique qui suit en exclusivité de très près voilà plusieurs mois l'affaire… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.