10 Novembre 2017

Burkina Faso: Annulation de l'émission « Sur la brèche » de la RTB / Luc Adolphe Tiao - « Le petit frère Djandjinou doit mesurer la complexité de la gestion des médias »

analyse

L'annulation de l'émission « Sur la brèche » de la RTB continue de faire des vagues. Ce post pris sur le mur Facebook de « Plumalerte » et attribué à l'ancien Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, traite de cette affaire. Lisez plutôt !

La polémique actuelle autour d'un soupçon de l'immixtion du ministre de la Communication et des relations avec le parlement dans le traitement de l'information, n'est pas nouvelle en soi. Les médias de service public ont été dans tous les régimes politiques, objet d'une convoitise permanente des pouvoirs politiques.

Le petit frère Djandjinou dont je connais les combats antérieurs pour la liberté de presse et les innovations qu'il a apportées alors qu'il était dans le privé, en matière de traitement de l'information dans l'audiovisuel, doit mesurer dans ses nouvelles fonctions la complexité de la gestion des médias publics entre devoir de garantir la liberté d'expression et celle de protéger les intérêts de l'Exécutif, censés être ceux du peuple. Comme dit l'adage, « qui détient l'information, détient le pouvoir ».

Ce qui a changé au Burkina est que les médias ont gagné en maturité. Les journalistes de la presse publique se sont presque affranchis de la tutelle politique et une véritable opinion publique existe tant dans les médias classiques que sur les réseaux sociaux. L'espace public n'est le monopole de personne et nul ne peut l'apprivoiser, même en y déversant beaucoup d'argent.

Mais entre l'obligation pour l'État de garantir le service public pour tous les citoyens, ses velléités de propagande somme toute compréhensible- on peut ne pas être d'accord, mais c'est une réalité même dans les démocraties les plus avancées- et son obligation de garantir les intérêts et les opinions contradictoires de ses citoyens, que faire ?

Des grands spécialistes, à l'instar de l'émérite Pr Serge Théophile Balima, ont déjà publié des écrits de référence mondiale sur le sujet. Pour ma part, jetant mon pavé dans la mare, j'ai trois pistes de réflexion.

Premièrement, s'agissant de la gouvernance des médias publics, ne faut-il pas évoluer vers le modèle britannique avec la BBC, en mettant en place un conseil de gouverneurs indépendants pour veiller à l'impartialité du traitement de l'information de l'audiovisuel public et à garantir l'indépendance des journalistes ?

Deuxièmement, apporter des innovations dans la régulation des médias dont l'organe de régulation doit acquérir plus d'indépendance et exercer un véritable pouvoir sur les médias audiovisuels.

Pouvoir prendre dans le sens de la veille de liberté, des sanctions en cas de faute professionnelle avérée. Troisièmement, l'éducation aux médias favorisera l'émergence d'une opinion publique plus avertie et plus responsable.

Quatrièmement, ramener au cœur de la formation des journalistes, les problèmes d'éthique, de déontologie et de la responsabilité sociale des médias.

La liberté d'expression est une dynamique politico-sociale. Elle sera toujours fonction de la dynamique sociétale, des rapports de force en présence, du niveau de développement économique, culturel et surtout de la réalité démocratique.

Puisse le débat actuel sur la RTB être fécond et non stérile !

Ancien journaliste

Diplômé du Centre d'études diplomatiques et stratégiques de Paris.

Docteur ès sciences de la communication de l'université de Bordeaux Montaigne

Burkina Faso

Rien n'a filtré de la comparution de l'ex-ministre Bassolé

Au Burkina Faso, le général Djibrill Bassolé a passé plus de sept heures, ce jeudi, au… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.