10 Novembre 2017

Cote d'Ivoire: Sommet UA-UE - 10 000 participants issus de 110 délégations attendus à Abidjan

"En plus des 28 Etats de l'Ue et des 54 de l'Ua, une série d'observateurs invités, dont la Banque africaine de développement (Bad), la Banque européenne d'investissement..."

L'ambassadeur de l'Union européenne (Ue) en Côte d'Ivoire, SEM Jean-François valette a annoncé ce mardi 7 novembre à Abidjan-Cocody, que ce sont près de 10 000 participants issus de 110 délégations qui prendront part au Sommet Union africaine (Ua)-Ue, les 29 et 30 novembre prochain à Abidjan. C'était au cours d'un petit-déjeuner de presse.

Au vu de cet engouement que suscite ce rendez-vous en terre ivoirienne, avec au départ 82 délégations prévues, le diplomate européen a affirmé qu'il y aura un « défis logistique à relever ». Avec, selon lui : « un format adopté de 1plus 20. C'est-à-dire, un Chefs d'Etat ou de gouvernement à la tête d'une délégation comprenant 20 membres », a-t-il expliqué.

« En plus des 28 Etats de l'Ue et des 54 de l'Ua, une série d'observateurs invités, dont la Banque africaine de développement (Bad), la Banque européenne d'investissement (Bei), les chefs des agences du système des Nations unies, etc. seront présents », a-t-il déclaré.

Insistant pour dire que la sécurité sera renforcée à tous les niveaux, SEM Jean-François valette a relevé que cet événement est « encore en préparation, avec l'attente d'une déclaration depuis Addis-Abeba, demain 8 novembre ». Avant de préciser que la rencontre à proprement dite, démarre le 29 novembre à midi (heure Gmt), pour s'achever le lendemain 30, à la même heure.

Rappelant par la suite le thème retenu, qui d'après ses dires l'a été à la demande de l'Afrique, à savoir : « Investir dans la jeunesse pour un avenir durable », l'ambassadeur a relevé : « la jeunesse est l'enjeu majeur de ce 5e Sommet ».

Ainsi, a-t-il signifié que la rencontre va aborder les questions de « migration, d'accès à l'emploi et de l'énergie, d'investissement privé, de gouvernance, de sécurité et des crises en Afrique, le développement du secteur agro-alimentaire et de la formation professionnelle ».

Pour sa part, la Représentante spéciale du président de la Commission de l'Ua en Côte d'Ivoire, Joséphine Charlotte Mayuma Kala, a souligné que la Côte d'Ivoire est très avancée dans les préparatifs dudit Sommet, avec la mise sur pied d'une dizaine de comités techniques.

Elle a, en outre annoncé qu'en marge de la rencontre, il y aura plusieurs activités, dont le Sommet des jeunes africains et européens qui s'est déjà tenu, les 9 et 11 octobre derniers, à Abidjan. Puis, la rencontre réunissant les acteurs économiques et sociaux prévue du 16 au 17 novembre prochain. Ensuite, le forum des affaires Ue-Afrique, le 27 novembre. Et enfin, du 27 au 28 novembre, le Sommet parlementaire, avant le démarrage de la grand-messe, le 29 novembre.

La Représentante spéciale du président de la Commission de l'Ua en Côte d'Ivoire, a laissé entendre que le choix porté sur la Côte d'Ivoire pour accueillir ce 5e rendez-vous, s'explique par, « le retour à la paix et la disponibilité des infrastructures d'accueil ».

Pour terminer, les deux diplomates, à savoir, SEM Jean-François valette et Joséphine Charlotte Mayuma Kala ont tous deux souhaité un « sommet pacifique », pour renforcer le partenariat entre l'Europe et le continent africain.

Cote d'Ivoire

L'immigration clandestine au cœur d'un colloque à Abidjan

A Abidjan, le sommet Union africaine-Union européenne doit se tenir à la fin du mois de novembre avec… Plus »

Copyright © 2017 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.