10 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Déploiement de bases mobiles temporaires de la MONUSCO dans le Masisi et Rutchuru

communiqué de presse

La mobilité : c'est le maître-mot de l'action de la force, depuis la fermeture d'un certain nombre de bases fixes dans le Walikale, Masisi et Lubero, il y a trois mois.

Ce 8 novembre, une compagnie mobile d'intervention a été installée à Ngandjo dans la chefferie Bashali-Kahembe en territoire de Masisi. C'est à quelques 75 Km au nord-ouest de Goma. Le but est de protéger les populations civiles en proie à l'insécurité entretenue par les groupes armés Nyatura et l'APCLS (Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain).

Grace à l'installation de cette base mobile du contingent indien, plusieurs patrouilles diurnes et nocturnes sont organisées dans au moins une dizaine de villages, dont Nyamitaba, Muheto, Kalonge, Mihanga et Burungu, dans la partie ouest de la chefferie Bashali-Kahembe. Des éléments Nyatura y avaient fait plusieurs incursions les semaines passées, tuant des civils et un policier. Plusieurs villages avaient aussi été pillés.

Katolo n'est pas en reste

Quelques jours auparavant, le 3 novembre, exactement ; une base mobile avait été aussi déployée à Katalo dans la chefferie de Bwito, où des groupes armés d'obédience ethnique s'en sont pris aux civils tuant au moins 8 d'entre eux et incendiant près d'une centaine de maisons. Là aussi, des patrouilles sont organisées de jour comme de nuit dans les zones de Kashalira, Bwalanda et Katolo pour dissuader les groupes armés et éviter l'escalade de la violence. Le délégué du gouverneur à Kibirizi, Hope Sabili, a profité de l'accalmie pour organiser d'ailleurs le 7 novembre, une rencontre de réconciliation et appeler les différentes communautés au vivre ensemble. Le jeudi 8 novembre, il annonçait sur les antennes de Radio Okapi, le retour bien que timide, de quelques habitants à Katalo, grâce à la présence de la MONUSCO.

Parallèlement, la Section des affaires civiles a poursuivi des consultations avec plusieurs acteurs sociaux à Goma, Rutshuru et Nyanzale pour contribuer à faire réduire la tension. La Section prévoit aussi une mission à Katalo du 14 au 17 novembre prochain avec la Synergie des Femmes de Rutshuru -une plateforme inter-communautaire- afin de transmettre des messages d'apaisement et appeler les populations à la cohabitation pacifique. A cette occasion, une mission d'évaluation des conditions de vie des personnes ayant fui la chefferie pour trouver refuge dans les villages environnants, est aussi prévue.

Ces déploiements militaires sont accompagnés en général des sections civiles ; comme c'est le cas actuellement des Affaires civiles, du bureau DD3R et du bureau de la Communication stratégique et de l'information publique à Ngandjo dans le Masisi. Leur rôle est de faciliter les rencontres entre la Force et les acteurs locaux pour comprendre le contexte socio-sécuritaire, faire des recommandations au leadership de la mission afin qu'elle puisse prendre des décisions idoines dans le domaine de la Protection.

Congo-Kinshasa

Manifestations du 28 novembre - Affrontement programmé entre la MP et le Rassemblement

Trois marches auront lieu le mardi 28 novembre dans la capitale : une signée Front pour le… Plus »

Copyright © 2017 United Nations Stabilization Mission in the DR Congo. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.