10 Novembre 2017

Ile Maurice: Projet de la NHDC à Bassin - un tour sur le chantier

Des Bangladais s'activent sur un chantier poussiéreux sous les derniers rayons du soleil.

La journée a été longue hier à Bassin, où l'on attend un dénouement positif après les propos incendiaires de Showkutally Soodhun. Ce n'est pas le sort du ministre du Logement lui-même, mais davantage la cause qu'il dit défendre qui préoccupe les habitants.

Mohammad Hamid Ul Raman s'approche avec un sourire alors que nous faisons des photos du complexe NHDC en construction. Il ne comprend pas le créole, ni l'anglais et ne sait pas que Showkutally Soodhun a transformé leur chantier en un lieu de tension.

Mais cet ouvrier de 22 ans dit, en hindi, avoir compris que les habitants sont contre le projet résidentiel. Il ne comprend pas pourquoi. Le Bangladais ne comprend pas les complexités mauriciennes et trouve notre pays bien plus apaisé que le sien - où le chômage et la misère engendrent des conflits encore plus graves et sanglants.

Vis-à-vis du complexe NHDC se trouve un homme qui s'affaire dans son potager. Lui, est contre ce projet et ne comprend pas pourquoi le gouvernement va de l'avant car l'affaire est en cour. «Au départ, des politiciens comme Ganoo et Jhuboo nous soutenaient dans notre combat contre ce complexe résidentiel. Par la suite, on ne les a plus vus ici.»

À moins de 200 mètres des résidences NHDC en construction se trouve le temple Bassin Road Ganga Kali Maa Sthaan, actuellement en rénovation - qui date plus de 60 ans, selon son président, Ravin Auchez. Il accepte de nous parler en la présence de Nuvin Unnoop, dirigeant de la Voice of Hindu, qui s'est rangé derrière les quelque 500 habitants du morcellement Bassin dès le départ.

«La tranquillité des lieux est importante car c'est un endroit de recueillement avec le temple et le Mediation Park qui bordent la rivière.» Selon Ravin Auchez, les habitants du morcellement Bassin sont découragés. «La valeur de nos terrains a chuté. Maintenant, toute la configuration va changer.»

Plus loin, quelques jeunes, qui constatent que les politiciens, «au lieu de trouver des solutions aux doléances, viennent jeter l'huile sur le feu... » À la fin de la journée, les Bangladais, eux, ramassent leurs outils. Le chantier reprendra demain, avec ou sans Soodhun. Au dam des habitants, qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Ile Maurice

Vol de Rs 900 000 à l'agence Thomas Cook d'Arsenal - La police sur la piste d'un gang

Ils ont débranché le système d'alarme et les caméras de surveillance et ont emporté… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.