11 Novembre 2017

Ile Maurice: Le pays dans la nasse des Paradise Papers

La publication des Paradise Papers a provoqué des réactions de stupéfaction à Maurice. L'île se défend d'être un paradis fiscal. « Ce sont des allégations infondées et sérieuses », a réagi le Premier ministre dans un communiqué. Les autorités mauriciennes autant que les opérateurs des services financiers affirment coopérer pleinement avec toutes les instances internationales en matière de fiscalité et de transparence.

Une onde de choc a traversé la place financière d'Ebene, haut lieu de l'offshore de Maurice. Les opérateurs, le régulateur et le gouvernement se sont rencontrés mercredi 8 novembre pour prendre une position commune. Position résumée dans un communiqué de deux pages signé par le Premier ministre.

Pravind Jugnauth affirme que « Maurice est injustement qualifié de paradis fiscal et d'une place financière opaque. » Le chef du gouvernement mauricien rappelle que le pays est signataire de la Convention de l'OCDE contre l'évasion fiscale et de sa version américaine, la FATCA.

Mais en réalité, il n'y aucune garantie que les fonds massifs qui transitent dans l'offshore mauricien soient tous « propres ». Et le système en place ici requiert un ordre juridique pour toute demande d'information sur des fonds suspects.

Les Paradise Papers font état de fonds de Jean-Claude Bastos dans l'offshore mauricien. Selon le journal Le Monde, ce milliardaire qui a la double nationalité, suisse et angolaise, a placé des fonds suspects ici, à travers le bureau Appleby à Maurice. Maurice qui observe un grand silence autour de cette allégation.

Ile Maurice

Lepep - Ce qu'il reste du premier Conseil des ministres

La redistribution des portefeuilles ministériels ne cesse d'avoir lieu au sein du gouvernement. Tout a… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.