11 Novembre 2017

Sénégal: Développement des cultures numériques au Sénégal - L'institut français du Sénégal dans la danse

A l'instar des postes se trouvant au Niger, en Mauritanie et au Togo, l'Institut français du Sénégal participe, cette année, au programme "Novembre numérique", proposé par le réseau culturel français à l'étranger. Des activités sur le numérique seront créées autour de 4 concepts, notamment décoder, jouer, créer et penser, du 13 au 30 novembre. De l'avis de la responsable dudit programme, Nogaye Diop, c'est pour ne pas rater le virage du numérique.

L'Institut français du Sénégal se met au rythme du numérique. C'est le moins que l'on puisse dire au regard de la gamme d'activités autour du numérique, proposées dans ce mois de novembre sous le label "Novembre numérique".

En effet, du 13 au 30 novembre, un programme très diversifié et transdisciplinaire touchant les technologies, les usages, les contenus ainsi que les nouveaux acteurs du numérique, sans oublier le dialogue entre talents venus de différents horizons au service des publics et de l'innovation, sera proposé aux visiteurs de l'Institut français à Dakar.

En conférence de presse hier, vendredi 10 novembre, la responsable dudit programme explique l'obligation pour l'institut de se mettre dans la danse du numérique par «le risque de ne pas suivre la mouvance». Nogaye Diop indique, en fait, qu'il est important de se mettre dans le numérique au risque de perdre les choses qui se font dans ledit domaine. C'est ainsi qu'elle informe que «le numérique sera partout» et que dans les jours prochains, l'Institut va repenser tous ses espaces dans le domaine du digital. Cela, même si, par ailleurs, elle rappelle que le numérique était déjà présent au niveau de l'institut, notamment avec la médiathèque, le wifi partout, la salle de cinéma de l'institut, les arts visuels, etc.

Sur le concept "Novembre numérique", Nogaye Diop révèle que c'est une idée développée par l'Institut en France et mise en œuvre l'année dernière en Mauritanie, au Niger et au Togo. Cette année, selon elle, le poste du Sénégal entre dans la danse pour créer des activités transversales autour du numérique sur 4 concepts, que sont décoder, jouer, créer et enfin penser. Elle explique, ainsi que, à travers les activités «décoder», on cherche à donner aux gens les outils nécessaires afin de les orienter vers l'essentiel sur le net. Il s'agira de favoriser l'accès au savoir, aux arts et aux cultures numériques.

A travers les activités «jouer», Nogaye Diop renseigne que c'est dans le cadre d'accompagner le jeune public dans ses pratiques numériques. Il y a aussi le volet «créer» pour développer les usages collaboratifs et participatifs, à son avis. Le quatrième concept, notamment «penser», doit permettre de faire connaître et valoriser les professionnels du numérique culturel au Sénégal. Pour ce faire, il y a une exposition numérique avec le "French touch", la foire des métiers du numérique en collaboration avec Jokkolabs et Advantages distribution, le Jokko Kids. Il est prévu aussi l'Open Lab Defko ak Niep avec le Fablab Defko ak Niep de Kër Thiossane, le tournoi de jeux vidéos, ou encore la soirée électro Guiss Guiss Bou Bess, etc.

Sénégal

Descente implacable aux enfers de Michael Reza Pacha, les masques tombent

Confidentiel Afrique qui suit en exclusivité de très près voilà plusieurs mois l'affaire… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.