12 Novembre 2017

Cameroun: Loterie américaine - Comprendre l'engouement des Camerounais

Pour eux, compte tenu de la complexité de l'administration américaine, il n'est pas nécessaire de s'inquiéter. Vivre aux Etats-Unis d'Amérique ! C'est le rêve de plusieurs Camerounais.

Partant de ce fait, la « Green card », ou loterie américaine, attire des milliers de personnes chaque année, et les échecs précédents n'ébranlent en rien leur détermination.

Après un échec l'année dernière, Ngoupeyou Steve, étudiant en communication à l'Université de Douala, reste confiant et optimiste. « Je dirai que c'est une opportunité. Et les opportunités, il n'y en a pas tellement dans la vie ». Déclare-t-il, en minimisant la somme de 1000 francs cfa à débourser au cyber pour y participer.

Interrogé quant à la volonté du président américain, Donald Trump, de suspendre la « Green card », il ne semble pas du tout inquiet. Pour lui, compte tenu de la longue procédure qu'il faut enclencher au parlement américain, pour que la volonté « trumpiste » aboutisse, il est peu probable que cela se fasse cette année.

Exploitant de cyber café et joueur, monsieur Mbele, pense que l'engouement que suscite la loterie américaine auprès de la jeunesse camerounaise n'est rien d'autre que « la recherche d'une vie meilleure », compte tenu du chômage en vigueur dans notre pays. Malgré l'accès libre et gratuit à la loterie américaine, la majorité des joueurs choisissent de recourir à des exploitants de cybers café, moyennant la somme de 1000 francs cfa. Attitude que monsieur Mbele juge fondée. « C'est vrai que c'est gratuit. Mais, tout le monde n'est pas apte à remplir les conditions. Notamment, au niveau du traitement de la photo, qui requiert des connaissances en infographie », explique-t-il.

Gérant lui aussi d'un cyber café au carrefour dit Ange Raphaël, Koueukeu Marc, pense que c'est « le rêve que suscite les Etats Unis » qui amène les Camerounais à jouer à la « Green card ». Des rêves qui selon lui, sont amplifiés à travers « les images véhiculées par les médias ». S'agissant du nombre de plus en plus croissant de joueurs, ce dernier pense que cela évolue au fil du temps. « Voici cinq ans que je l'ai lancée (faisant allusion à la loterie américaine), et le nombre de joueurs augmente », déclare-t-il. Et d'ajouter : « cela se justifie davantage, au regard de la multiplication du nombre de cybers café, et de petits commerces, proposant le jeu ».

Un sentiment qui ne se vérifie pas au niveau des chiffres des éditions précédentes. En 2013, le Cameroun a soumis 224 509 candidatures, et a enregistré 3858 gagnants, pour 1619 visas délivrés.

En 2014, on avait 224 020 candidatures, pour 4268 gagnants et 1289 visas délivrés. En 2015, les chiffres font état de 286 564 dossiers soumis, 5000 gagnants.

Mais le nombre de visas délivrés, tout comme les chiffres de l'année dernière ne sont toujours pas connus.

Pour le compte de cette année, les candidatures sont ouvertes depuis vendredi dernier, et seront fermées le 22 novembre 2017. Ce ne sont pas les « trumpinades » de l'actuel locataire de la Maison blanche qui feront tomber le rêve américain dans nos pays.

Cameroun

Humanitaire - Vers la construction à Mora d'une Superette Solidaire pour veuves et orphelins des soldats tombés contre Boko Haram

Depuis 2013, le Cameroun est en proie aux attaques meurtrières de la secte satanique et meurtrière Boko… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.