12 Novembre 2017

Cameroun: Près de 30.000 citoyens fantômes à Bertoua

Les chiffres de l'enquête menée du 02 octobre au 02 novembre 2017 dans deux des trois arrondissements du chef-lieu de la région de l'Est sont effrayants.

« A Mandjou, nous avons recensé 23.610 personnes qui ne disposent pas d'actes de naissance, de cartes nationales d'identité, encore moins des cartes d'électeurs et 5220 dans l'arrondissement de Bertoua 1er, soit un total de 28.830 personnes dépourvues de toutes pièces officielles », explique Abraham Hopefulson Tchaobe, président de l'Association pour la défense des droits de l'homme et des libertés (Asdeprod) basée à Bertoua.

En menant cette enquête à titre d'échantillonnage, les données collectées par les enquêteurs de l'Asdeprod permettront à cette association de mener un plaidoyer auprès des pouvoirs publics et d'autres partenaires, pour faciliter l'établissement des pièces officielles à ces populations vulnérables.

Pour la plupart il s'agit des enfants non scolarisés, des adolescents désœuvrés et des personnes âgées vivant dans des quartiers enclavés. La majorité des personnes recensées sont dépourvues d'actes de naissance. Raison pour laquelle personne parmi elles n'a pu se faire établir une carte nationale d'identité.

D'une manière générale, plusieurs facteurs expliquent cette situation. Il y a d'abord le faible taux de déclaration des naissances, et la méconnaissance par les parents et les communautés surtout rurales de l'importance de l'état-civil dans la vie d'un individu et donc de l'intérêt de l'enregistrement des naissances.

Dans certaines communautés de cette région, plusieurs parents ne donnent pas la priorité à cette formalité, étant donné qu'ils doivent faire face à d'autres défis quotidiens. La plupart se contentent généralement des fiches de naissances délivrées par les maternités et se rendent compte de leur caducité longtemps après.

D'autres, en revanche plus informés ont peur des amendes encourues passé le délai de déclaration de naissance. Et cela, sans compter l'éloignement et le manque de moyens des services d'état-civil .

Heureusement, l'action entreprise par l'Asdeprod vise à aider un plus grand nombre à établir leurs pièces officielles afin de jouir de leurs droits civiques.

Un mal profond. Pour le président de l'Asdeprod, la problématique de l'état-civil dans la région de l'Est est un drame sur lequel les pouvoirs publics doivent se pencher urgemment et sérieusement.

« L'acte de naissance est un document qui confirme l'identité de l'enfant, préserve ses droits et sa citoyenneté. C'est la preuve légale unique de son existence, de sa filiation biologique, de son identité et de sa nationalité ».

Pour ce spécialiste des droits de l'homme, l'état-civil a deux fonctions principales. La première est administrative et la deuxième statistique. « Bien plus qu'une simple formalité, être reconnu par son pays est un droit fondamental sans lequel tout individu devient la proie de tous les abus.

Et vu le contexte d'insécurité dans lequel la région de l'Est fait face, il est urgent de solutionner ce problème », relève Abraham Hopefulson Tchaobe.

Du point de vue statistique, un pays qui n'est pas à mesure de connaître le nombre de ses habitants aura toutes ses données macroéconomiques faussées et par conséquent, il sera débordé par des problèmes sociaux.

Malheureusement, les personnes dépourvues d'actes de naissance à l'Est représentent une frange non négligeable de la population.

Leurs noms ne figurent sur aucun registre d'étatcivil. Elles sont nombreuses ces personnes qui naissent, grandissent et meurent dans l'anonymat total dans cette partie du pays qui fait face aux problèmes d'enclavement et de sous-développement.

Cameroun

Le Cameroun joue la carte du football féminin

Des femmes qui tapent dans un ballon de football, on en trouve de plus en plus au Cameroun. Le fichier de la Commission… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.