12 Novembre 2017

Tunisie: Envoi de SMS pour le rappel des rendez-vous

Il y a une semaine, des patients traités au service des maladies infectieuses de l'hôpital Hédi Chaker à Sfax ont eu l'agréable surprise de recevoir chacun un SMS lui rappelant le rendez-vous de sa prochaine consultation, une semaine avant la date fixée auparavant.

L'un d'entre eux avoue : «Au début, incrédule je croyais à une blague avant de me rendre compte par la suite, en rencontrant un mien ami dont le suivi médical est assuré au même service que ce n'était pas une plaisanterie». Dans leurs témoignages respectifs, Abouda E.J. et Achraf S.ont exprimé leur satisfaction de découvrir cet aspect lumineux de la Santé publique plongée en général dans la grisaille: «C'est vraiment un plaisir que de se rendre compte qu'il y a un service qui pense ainsi à ses malades », se réjouissent-ils en substance.

Améliorer l'observance des malades et leur adhésion au traitement

Revenant sur la genèse de ce projet pilote, le professeur Mounir Ben Jemaa, chef du service des maladies infectieuses, indique : « Après avoir développé l'informatisation des dossiers médicaux au sein du service et dans le souci de mieux faire et d'améliorer l'observance des malades et leur adhésion au traitement, l'équipe du service a pensé à un outil qui sert à rappeler aussi bien aux patients qu'au médecin traitant le rendez-vous de la prochaine consultation, par le biais d'un message électronique.

Notre souci majeur est d'éviter toute absence, tout oubli, des rendez-vous de consultation, préjudiciables pour les malades, étant donné le caractère très sensible des maladies infectieuses. Mais si la paternité de l'idée et de l'initiative revient à l'équipe du service où le docteur Makram Koubaa a joué le rôle de manager, le mérite du développement de cette application informatique revient au directeur du service de développement informatique au ministère de la Santé publique, M.TaoufikBorgi.

Sans oublier de saluer la contribution logistique de la direction générale de l'hôpital Hédi Chaker, à sa tête M. Mondher Abed»

Toujours dans le volet genèse du projet, le docteur Makram Koubaa, assistant hospitalo-universitaire au même service des maladies infectieuses, rappelle : «Les premiers tests de cette application informatique remontent à l'année 2014. Il est vrai que les résultats étaient probants mais la mise en œuvre a pris un certain temps. Personnellement je suis l'administrateur local au service et le correspondant avec le centre informatique du ministère de la santé en même temps que le professeur Ben Jemaa.

Après avoir assuré l'initiation du personnel médical et paramédical à l'utilisation de cette application, j'en assure le contrôle continu et le suivi. Je voudrais faire remarquer qu'en plus des SMS de rappel des rendez-vous de consultation aux malades, un autre SMS et un e-mail sont en même temps adressés au médecin qui va assurer la consultation pour lui indiquer la liste des patients consultants. »

Des centaines de sms déjà envoyés

Une source de la direction du centre de développement auprès du centre informatique du ministère de la Santé publique indique que des centaines de messages ont été déjà envoyés à leurs destinataires, que l'action ne comporte pas de faille du point de vue technique mais qu'il faudra procéder à l'évaluation de cette expérience à travers une enquête de satisfaction en vue d'apporter les retouches nécessaires concernant la fréquence des messages et leur timing.

Bientôt, la numérisation de tous les services de l'hôpital

Pour sa part, le directeur général du CHU, Mondher Abed, mentionne l'existence d'un programme qui va être mené en coordination avec le ministère de la Santé publique en vue de procéder à la numérisation de tous les services de l'hôpital et à la généralisation de cette expérience pilote dont celui des maladies infectieuses est l'initiateur : «Le programme comprend plusieurs composantes, en l'occurrence la numérisation du dossier médical, la gestion des rendez-vous, etc., bref tout ce qui est dispensiation journalière individuelle et nominative des médicaments... Le programme nécessite un budget conséquent qu'on espère pouvoir valider dans les jours à venir. J'espère que notre proposition qui concerne l'ensemble des spécialités au sein de l'hôpital sera prise en compte et que nous obtiendrons les crédits nécessaires.

Concernant le projet mis en place au service des maladies infectieuses, la direction générale a apporté sa contribution sous forme de moyens logistiques : ordinateur, imprimante, chariots, etc.»

Tunisie

Anderlecht - Hamdi Harbaoui veut plus du temps de jeu

Hamdi Harbaoui reçoit de plus en plus sa chance à Anderlecht. Pourtant son avenir reste flou. Face… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.