12 Novembre 2017

Cameroun: Entreprises - Des formules contre l'informel

Douala, haut lieu de débrouillardise, vient d'abriter un atelier sur la formalisation des entreprises et de leurs travailleurs.

Pourquoi le secteur informel, et ses corollaires que sont notamment la précarité de l'emploi et l'incivisme fiscal, persistent-ils ?

Au terme de travaux tenus du 7 au 10 novembre à Douala, à l'initiative de l'Organisation internationale du Travail et du ministère en charge des PME, quelques réponses à cette préoccupation sont apparues.

Ces travaux, précisons-le, portaient sur la formalisation des entreprises et de leurs travailleurs, et s'adossaient sur un ensemble de six études, conduites entre 2016 et 2017.

L'objectif étant de trouver des solutions pour permettre la transition de l'informel vers le formel, afin que le cercle vicieux se transforme en cercle vertueux, générant emplois décents, contribution à la croissance économique, etc.

Première étape donc, identifier les causes du problème et de sa persistance. Une des études menées retient comme obstacles à la formalisation la fiscalité, la corruption, les lourdeurs administratives, l'absence d'intérêt ou le manque d'informations.

Au terme des travaux de Douala, une feuille de route nationale de transition vers la formalité a été élaborée, qui prévoit deux voies principales de migration : par l'artisanat et par la Pme.

Comme axes prioritaires sont retenus : la sensibilisation et l'accès à l'information ; le développement de l'entreprise et de la productivité ; l'accès au financement (ici, il est question de doter les banques étatiques et les structures gouvernementales chargées du financement des unités de production informelles de lignes y afférentes sur la base d'un cahier de charges) ; l'enregistrement ; la fiscalité ; l'accès aux marchés publics et privés ; l'accès à la sécurité sociale.

Le ministre des Petites et moyennes Entreprises, de l'Economie sociale et de l'Artisanat, le Pr Laurent Serge Etoundi Ngoa, s'est réjoui des propositions faites, tout en relevant que nombre des actions proposées sont déjà en cours d'application dans plusieurs départements ministériels, « mais manquent cruellement de coordination ».

« Les recommandations que vous avez formulées feront l'objet d'une attention particulière dès leur transmission aux Services du Premier ministre », a-t-il ajouté.

La cérémonie de clôture de ce vendredi a enregistré, entre autres, la présence du ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Zacharie Perevet, de la directrice du Bureau du Bit au Cameroun, Vera Paquette Perdigao, et du président du Gicam, Célestin Tawamba.

Cameroun

CAN - U23 de cyclisme - Le parcours est connu

La compétition prévue au Cameroun est notamment composée de quatre étapes sur une distance… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.