7 Novembre 2017

La Conférence de 2017 sur la politique foncière en Afrique peut débuter

Addis-Abeba, Éthiopie — Tout est prévu pour La deuxième Conférence sur la politique foncière en Afrique du Centre africain pour les politiques foncières (CAPF) peut commencer.

Ledit Centre cherche à approfondir les capacités en matière de politique foncière en Afrique notamment en améliorant l'accès au savoir et aux informations sur le développement et la mise en œuvre de la politique foncière.

La conférence qui a pour thème, « L'Afrique que nous voulons : Réaliser la transformation socio-économique à travers un accès équitable et durable des jeunes à la terre » se déroulera du 14 au 17 novembre.

La coordinatrice du CAPF, Joan Kagwanja, dit que le thème plaide en faveur de la déclaration de l'Union africaine annonçant 2017 comme l'année de la jeunesse et la plaçant sous un thème plus large « Exploiter le dividende démographique de l'Afrique en investissant dans la jeunesse ».

« Nous sommes prêts pour la conférence qui a vu les inscriptions excéder et devient ainsi cette réunion sur le foncier que personne ne veut manquer », déclare Mme Kagwanja.

« Comme nous le disons toujours, la terre est essentielle au développement de l'Afrique et si elle est bien gouvernée et gérée, nous réduirons la pauvreté et les inégalités. La conférence est donc importante car les participants verront comment nous pouvons utiliser cette ressource donnée par Dieu pour un rendement maximum pour tout le monde. Donc, à cet égard, la conférence est à la fois un évènement politique et d'apprentissage ».

La conférence, qui réunira des représentants des États membres, des agriculteurs, des parlementaires, le secteur privé, le monde universitaire et la société civile, mettra en lumière les dernières innovations, notamment les recherches et les documents sur le secteur foncier en Afrique.

« Nous espérons que la conférence aura un effet catalyseur sur l'élaboration et la mise en œuvre de politiques foncières fondées sur des preuves en créant un espace pour la présentation de la recherche et d'autres preuves par les Africains et autres parties prenantes intéressées », dit Mme Kagwanja.

Les sujets abordés par les participants comprennent la nécessité de renforcer la gouvernance foncière et les institutions administratives aux niveaux local et national, y compris l'adoption de technologies et d'innovations pour garantir des droits fonciers sous différents régimes fonciers.

L'autonomisation des jeunes à travers le renforcement de leurs droits fonciers ; les droits d'accès des femmes à la terre et l'égalité entre les sexes - s'attaquer aux goulots d'étranglement persistants ; aux investissements fonciers inclusifs, transparents et durables, à la justice économique et la gestion ou surveillance de l'environnement ; la migration, la radicalisation et l'extrémisme violent - les liens avec l'emploi des jeunes ; l'esprit d'entreprise et l'accès à la terre pour l'investissement ; l'urbanisation rapide, l'utilisation des terres, la politique d'aménagement du territoire et le contrôle du développement seront également discutés.

La conférence se penchera également sur les expériences de planification, de suivi et d'évaluation et les meilleures pratiques émergentes dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques foncières sur le continent.

Copyright © 2017 United Nations Economic Commission for Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.