13 Novembre 2017

Burkina Faso: Humanisation des maisons d'arrêt

Le Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP) a organisé, le vendredi 10 novembre 2017 à Ouagadougou un atelier sur l'humanisation des maisons d'arrêt et de correction.

Les détenus dans les maisons d'arrêt et de correction au Burkina Faso sont confrontés à moult difficultés telles que la surpopulation carcérale, les problèmes d'hygiène, d'alimentation et d'accès aux soins.

Dans le but de trouver des solutions à ces atteintes aux droits de l'homme en milieu carcéral, le Mouvement burkinabè des droits de l'homme et des peuples (MBDHP) a organisé, le vendredi dernier, dans la capitale burkinabè un atelier sur la socialisation des détenus au profit des acteurs du projet : « Promotion des droits de l'homme par l'appui juridique et judiciaire aux détenus ».

Pour le Secrétaire général du MBDHP, Aly Sanou, cet atelier vise à présenter ledit projet aux bénéficiaires et jeter les bases d'une synergie d'actions entre les différents participants.

« Cette rencontre va aussi nous permettre d'identifier des stratégies pertinentes pour la mise en œuvre du projet », a-t-il indiqué. A écouter M. Sanou, le projet ambitionne promouvoir un accès équitable à la justice en apportant une assistance juridique et judiciaire à mille prévenus d'ici à fin 2018.

Il est conduit par le MBDHP, l'association SOS pénitentiaire et l'association des femmes juristes du Burkina et coordonné par l'ONG Diakonia. « Nous accompagnons les maisons d'arrêt de Kaya, de Bogandé et de Tenkodogo dans le sens de l'humanisation des prisons », a noté la représentante résidente de Diakonia, Inès Mariama Barry.

Au niveau de nos prisons, a-t-elle justifié, il y a des cas d'abus où l'on retrouve des personnes illégalement détenues. « Il y a aussi des personnes vulnérables, notamment les femmes en détention, qui n'ont pas les moyens de pouvoir s'attacher les services d'un avocat », a relevé Mme Barry.

Et de préciser que ce projet est une opportunité d'accompagner ces personnes pour une justice équitable. Selon le représentant de la délégation de l'Union européenne (partenaire financier du projet), Thomas Huyghebaert, il s'agira de mettre en place un collectif d'avocats volontaires pour œuvrer dans ce sens. Cela peut contribuer, a-t-il souligné, à la réduction de la surpopulation carcérale.

Il a, en outre, indiqué que l'Union européenne est un partenaire du Burkina Faso dans le domaine de la justice et des droits humains. « Nous avons fait un appel à proposition.

Le MBDHP, SOS pénitentiaire et l'association des femmes juristes ont été retenus pour quatre projets en cours qui couvrent les conditions d'hygiène dans les maisons d'arrêts, des projets sur la réinsertion des détenus, des projets sur les mineurs et les femmes », a-t-il soutenu.

Burkina Faso

L'ex-président burkinabè Compaoré sort de son silence

Réputé pour son flegme et observant un strict devoir de réserve depuis son exil en Côte… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.