14 Novembre 2017

Madagascar: Crime à Ambatobe - Deux motards tirent sur Moustapha Radjan

Le fameux Moustapha Ameralli Alibay Radjan a été la cible de deux bandits à moto. Ils l'ont coincé au bas de la résidence d'Algérie, à Ambatobe.

Criblé de balles, un ressortissant indien nommé Moustapha Ameralli Alibay Radjan, âgé de 35 ans, domicilié à Ambatobe, est tombé sous les balles de deux bandits à moto et armés. Les faits se sont produits près de la résidence d'Algérie à Ambatobe, hier matin, à 7 heures 45. Les tireurs ont saisi l'opportunité d'une longue file d'embouteillage pour passer à l'action. Ils ont fait usage de leur fusil à pompe de calibre douze pour essayer d'exécuter Moustapha. Ce dernier, seul à bord de son Audi, a reçu trois balles, la première au dos, la deuxième au bras et la dernière à la mâchoire.

Quatre coups de feu ont retenti sur les lieux, selon les témoignages obtenus. « Les tueurs, ont visé le pneu du véhicule pour l'immobiliser avant de tirer à bout portant sur la cible », a précisé un riverain. La séquence aurait duré quelques secondes, selon toujours les explications du même interlocuteur. Les malfaiteurs ont pris la clé des champs et se sont, ensuite, télescopés avec un bus 183, à quelques mètres du lieu d'assaut. « L'un d'entre eux est tombé et s'est réfugié dans les broussailles des cimetières, tandis que le pilote a pu continuer son chemin », a indiqué un enquêteur de la brigade criminelle (BC) en plein constat, hier matin. Les malfrats n'ont rien emporté.

Alertés par les coups de feu, les policiers du huitième arrondissement à Analamahitsy sont venus à la rescousse, mais le gang était déjà hors de portée.

Passé au peigne fin

La victime a été évacuée d'urgence à la Polyclinique d'Ilafy pour subir une opération dans l'après-midi. « Ayant transpercé son dos, la balle a touché son poumon. Une opération s'est donc avérée impérative», a signalé un médecin urgentiste. Entre-temps, la police d'Analamahitsy a donné l'alerte aux unités d'intervention USI et UIR, à la BC, ainsi qu'à la police scientifique et technique.

« Nous nous sommes lancés dans la foulée à la poursuite des bandits dans plusieurs quartiers mais ils ont réussi à s'éclipser », se désole un élément d'intervention sur les lieux. Certains automobilistes affirment que les deux meurtriers étaient des étrangers. « Ils n'ont pas ôté leur casque mais nous avons vu leurs mains blanches », ont-ils relaté.

Deux voitures Citroën, se sont heurtées lorsque Moustapha a tenté de reculer après le premier tir. Des balises de sécurité ont été dressées. La police a procédé au prélèvement d'indices et à un appel à témoins. Deux douilles ont été découvertes. Un automobiliste serait parvenu à avoir des images des tueurs. Une caméra de surveillance fixée sur le parapet de la résidence d'Algérie aurait également pu enregistrer la scène. Mais la réquisition revient à la gendarmerie, selon un policier du 8ème. « Cette tentative de meurtre a été menée avec le même mode opératoire que celui de l'ancien consulat de Malaisie, commise à Tsaralalàna », raconte un policier d'intervention.

Mobile du crime

Moustapha Ameralli Alibay Radjan a commencé à faire beaucoup parler de lui depuis juillet 2012. Il s'est fait arrêter pour trouble à l'ordre public, attentat à la bombe, tentative d'assassinat, kidnappings et trafics d'or. Il a été frappé d'interdiction de sortie du territoire et a mis à nu les différends l'opposant aux opérateurs économiques indiens. Il a été jugé au tribunal d'Anosy, le 13 décembre 2013, après dix-huit mois de détention préventive à la maison de force de Tsiafahy. Le verdict était lourd à l'encontre des frères Radjan. Moustapha a eu quinze ans

d'emprisonnement pour l'affaire de la bombe artisanale. Son avocat et lui avaient interjeté appel. Cela laisse alors penser que le mobile de ce crime pourrait s'agir d'un règlement de compte. Le Collectif des

français d'origine indienne à Madagascar (CFOIM) n'en a pas encore touché un mot.

Madagascar

Ambositra - Meurtre abominable d'une stagiaire d'un hôtel

Une jeune fille de 25 ans, stagiaire au motel Violette, à Ambositra, a été torturée,… Plus »

Copyright © 2017 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.