14 Novembre 2017

Cameroun: Près de 820 000 diabétiques adultes - Invasion des motos chinoises et suppression de la marche à pied indexées

Samedi dernier, en prélude à la Journée mondiale de lutte contre le diabète qui se célèbre ce 14 novembre 2017, Yaoundé a abrité une conférence-débat sur le thème, « Surmonter les challenges des patients diabétiques : le rôle des acteurs publics et privés au Cameroun ».

Une initiative du géant pharmaceutique Sanofi, partenaire du ministère de la Santé publique du Cameroun dans la lutte contre le diabète et autres maladies non transmissibles.

Parmi les tribuns, le Prof Jean Claude Mbanya, ancien président de la Fédération internationale de diabète Afrique, chef de département de Médecine interne et Spécialités à la Facultés de Médecine et Sciences biomédicales de l'université de Yaoundé I. A en croire le médecin, le nombre de personne atteintes de diabète de type 2 en Afrique subsaharienne, était de 19, 8 millions en 2013. « D'ici 2035, ce chiffre va doubler pour culminer à 41, 5 millions de diabétiques », a-t-il fait savoir.

Pour ce qui est du Cameroun, avec un taux de prévalence de 6,4%, c'est une population de 820 000 diabétiques adultes qui est répertoriée. Selon le Prof Jean Claude Mbanya, le diabète qui du reste est lié à l'hypertension, devait connaitre une forte évolution au

Cameroun. Et sur le ban des accusés, l'enseignant de médecine met : l'absence d'activités sportives, la consommation excessive d'aliments sucrés et industriels, la suppression de la marche à pied, favorisée par l'invasion des motos chinoises.

Phénomène d'engins à deux roues qui à l'en croire, a entrainé que les gens ne veuillent plus parcourir ne serait-ce que 500 mètres à pied comme ce fut le cas il y a plus de 10 ans.

A ces causes, le Prof Mbanya ajoute l'insuffisance du diagnostic, ainsi qu'un bon suivi médical. Carences qui à ses dires, exposent le diabétique à des complications graves comme l'insuffisance rénale chronique

Présent à la conférence - débat qu'a abrité le très chic hôtel La Falaise de Yaoundé, le ministère de la Santé publique, avec l'appui de Sanofi son partenaire du parcours santé, a indiqué qu'il travaille à sensibiliser les populations au dépistage du diabète, et à un bon suivi clinique. Font aussi parti des priorités du Ministère, la décentralisation de la prise en charge du diabète.

Il est donc temps que toutes les populations, jeunes, adultes et personnes de tous âges, pratiquent des activités sportives régulières, et que les uns et les autres, fassent toujours quelques kilomètres à pied chaque jour, oubliant un peu de prendre la moto même pour aller au marché situé à un kilomètre de la maison.

Une mauvaise tendance de plus en plus prisée par les femmes même sujettes au surpoids, lesquelles répugnent désormais à tout effort physique, avec les facilités de déplacement d'aujourd'hui.

Il est également indiqué d'éviter autant que faire se peut, les aliments sucrés et industriels, la cigarette et l'excès d'alcool. Mais surtout et surtout, comme le conseille Sanofi avec sa nouvelle signature « Empower Life », se faire dépister du diabète.

Cameroun

Le Cameroun joue la carte du football féminin

Des femmes qui tapent dans un ballon de football, on en trouve de plus en plus au Cameroun. Le fichier de la Commission… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.