14 Novembre 2017

Burkina Faso: Rapport de la commission d'enquête du Csm - L'intersyndicale des magistrats appelle à la sérénité

communiqué de presse

Dans ce communiqué, trois organisations syndicales du Burkina Faso, notamment le Syndicat burkinabè des magistrats (SBM), le Syndicat des magistrats du Burkina (SMB) et le Syndicat autonome des magistrats du Burkina (SAMAB), souhaitent que le processus entamé puisse être sereinement et diligemment poursuivi pour permettre aux mis en cause d'être situés sur leur culpabilité ou l'inexistence de cette culpabilité. Lisez plutôt !

Le 6 juillet 2017, la Commission d'enquête mise en place par le Conseil supérieur de la magistrature pour investiguer sur diverses allégations de manquements aux règles d'éthique et de déontologie qu'auraient commis des magistrats, a remis son rapport audit Conseil. A l'occasion, les membres du Conseil se sont interdit eux-mêmes d'en prendre copie et ont demandé que le Conseil de discipline puisse être diligemment saisi pour notamment, d'une part, éviter les risques de fuite préjudiciables à la présomption d'innocence, d'autre part, permettre à ceux mis en cause de se défendre pour être situés dans un sens ou dans un autre quant à leur culpabilité.

Malheureusement, avant cette saisine, le rapport a connu des fuites suivies de publications ou de commentaires d'acteurs judiciaires ou non judiciaires. Au regard du contenu de certains de ces commentaires ou publications, les syndicats de magistrats qui s'inscrivent dans une dynamique d'apaisement, mais également de responsabilité et de redevabilité dans le milieu judiciaire, voudraient, pour éviter des amalgames, relever ce qui suit :

1- la commission d'enquête a été voulue de façon unanime par l'ensemble des syndicats de magistrats. Cette volonté n'a pas varié;

2- la désignation des membres de la Commission d'enquête a été faite de façon unanime, suivant un critère jugé des plus objectifs par le Conseil supérieur de la magistrature ;

3- les éléments résultant de la fuite du rapport d'enquête laissent voir aux syndicats que ceux dont la commission a demandé la traduction en Conseil de discipline comprennent des militants de tous les syndicats et des non-syndiqués ;

4- les éléments ci-dessus devraient obliger à une très grande réserve quant au recours à l'argument de règlement de comptes syndical ;

5- le Conseil supérieur de la magistrature n'a pas entendu mettre en place une commission dont le travail serait inattaquable et les membres de ladite commission ne peuvent avoir eux-mêmes entendu faire un travail inattaquable ;

6- ceux qui auraient des griefs contre le rapport de la commission, sont invités à maintenir leur sérénité pour le faire utilement devant le Conseil de discipline sans que l'étiquette ou l'absence d'étiquette syndicale ne puisse ni leur nuire ni leur profiter ;

7- ceux qui pensent que des faits n'ont pas été pris en compte, peuvent toujours user des canaux légalement appropriés pour qu'ils le soient ;

8- les syndicats maintiennent le souhait que le processus entamé puisse être sereinement et diligemment poursuivi pour permettre aux mis en cause d'être situés sur leur culpabilité ou l'inexistence de cette culpabilité.

Ouagadougou, le 12 novembre 2017

Le Secrétaire Général du Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM)

Christophe COMPAORE

Le Secrétaire Général du Syndicat des Magistrats du Burkina (SMB)

Moriba TRAORE

Le Secrétaire Général du Syndicat Autonome

des Magistrats du Burkina (SAMAB)

Burkina Faso

L'ex-président burkinabè Compaoré sort de son silence

Réputé pour son flegme et observant un strict devoir de réserve depuis son exil en Côte… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.