16 Novembre 2017

Sénégal: Cinquantenaire de l'institut d'odontologie et de stomatologie - Plaidoyer pour l'autonomisation de l'école

Dans le cadre de la célébration de leur cinquantenaire, l'institut d'Odontologie et de Stomatologie de la faculté de médecine, de pharmacie et d'Odonto-stomatologie de l'université Cheikh Anta Diop va faire le plaidoyer pour une meilleure implication du gouvernement dans la vie de ladite école afin de la hisser au standard international.

En point de presse hier, mercredi 15 novembre dans leurs locaux, les spécialistes de la Bucco-dentaire comptent dérouler une série d'activités de sensibilisations les 17 et 18 novembre prochaine afin d'amener la population à s'intéresser davantage à leur santé dentaire.

Démarrées depuis le 20 mars dernier, l'institut d'odontologie et de stomatologie de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar va clôturer ses activités les 17 et 18 novembre prochains par une série de panels en présence du ministre des forces armées docteur Augustin Tine. Des activités qui entrent dans le cadre de la célébration des 50 ans dudit institut. En point de presse hier, mercredi 15 novembre, le président du comité d'organisation, le professeur Henri Michel Benoit a souligné: «nous allons profiter de ces journées pour magnifier le travail abattu dans cette école durant ces années mais aussi envisager des perspectives.»

Lesdites journées serviront aussi de prétexte aux acteurs de la santé de cet institut afin de faire le plaidoyer pour plus de ressources financières, humaines mais aussi matériels. «Il faut que les autorités comprennent la nécessité d'investir dans cette école afin de la hisser au niveau des standards internationaux. Notre souhait est qu'elle évolue vers l'autonomisation», a souligné le professeur Babacar Touré.

Pour le cinquantenaire, le thème reste «les pertes dentaires, les éviter, les compensés, quel rôle pour l'odontologiste ?» De l'avis du professeur Ibrahima Ngom, pour prétendre à une longévité, il faut prendre soin de ses dents et vivre avec, le plus longtemps possible. «Nous avons six conférences au cours d'une journée à savoir le 18 novembre où nous allons faire de la prévention. Ces journées verront aussi la présence des anciens du pays, de la sous-région entre autres. Une manière de travailler à affermir les liens, à ouvrir un réseau mais aussi à amener ces derniers à participer à la formation de leurs jeunes». Soulignons que selon l'OMS, les affections bucco-dentaires comme la carie et les parodontopathies font parties des maladies non transmissibles (Mnt) et tuent chaque année plus de 36 millions de personnes.

Pour la carie dentaire, elle affecte plus de 80 % de la population mondiale, 60 à 90 % des enfants d'âge scolaire et près de 100 % des adultes. Dans la Région africaine de l'OMS, où 80 % des habitants sont à faibles revenus, les maladies bucco-dentaires affectent la santé et le bien-être de millions de personnes. Toutefois, les professionnels de la santé soutiennent que pour la plupart, ces maladies bucco-dentaires peuvent être évitées ou traitées dès leur apparition et même voir leur processus inversé par une prise en charge précoce et efficace.

D'où la nécessité de faire de la prévention continue selon le comité scientifique du centenaire de l'institut d'Odontologie et de Stomatologie. Créée depuis 1967, l'Ecole dentaire de Dakar est fondée par le Professeur Guy Grappin et est destinée à former les odontologistes dont l'Afrique a besoin pour prendre en charge la santé buccodentaire de ses populations. Il constitue la première structure de formation en Afrique francophone subsaharienne à avoir formé les premières générations de chirurgiens-dentistes de la sous-région.

1967-2017, cinquante ans après, quelques de 1000 diplômés spécialisés en santé bucco-dentaire ont été formés.

Sénégal

Camair-Co - Cap sur Dakar

Après Bangui, N'Djamena, Libreville et Cotonou, l'étoile du Cameroun a ouvert l'escale… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.