17 Novembre 2017

Burkina Faso: Extradition et jugement de Blaise Compaore et autres - Des anciens parlementaires mettent la pression

Le Groupe de pression pour l'extradition et le jugement de Blaise Compaoré et autres (GPEJ-BCA) est une organisation de la société civile (OSC) composé d'une dizaine d'anciens parlementaires burkinabè.

Il a été créé afin de mettre la pression pour que tous les dossiers de crimes économiques et de sang soient élucidés et ce, le plus tôt possible. Les initiateurs du groupe étaient face à la presse, hier 16 novembre 2017, à Ouagadougou, pour présenter ses motivations et les démarches qui seront menées pour l'atteinte de ses objectifs.

Pour leur toute première sortie, les conférenciers ont voulu être clairs. Le Groupe de pression pour l'extradition et le jugement de Blaise Compaoré et autres (GPEJ-BCA) est un mouvement de la société civile n'ayant aucune coloration politique, car composé de personnalités issues de divers partis politiques et de la société civile.

« Il n'est pas partisan », ont-ils précisé, mais s'est fixé pour objectif de mettre la pression pour l'accélération du traitement des dossiers de crimes économiques et de sang et surtout pour exiger l'extradition de Blaise Compaoré et autres afin qu'ils répondent de leurs actes devant la Justice. « Nous avons été des parlementaires, avons légiféré...

On a mis en accusation Blaise Compaoré et compagnie, mais on constate que la Justice est silencieuse sur son inculpation et son extradition. Pourquoi cela ? Il a fallu que la France interpelle François Compaoré pour que notre Justice se précipite pour demander son extradition.

Doit-on attendre aussi que la Côte d'Ivoire arrête Blaise Compaoré pour qu'on demande son extradition ? C'est pourquoi nous allons exercer notre pression citoyenne dans le cadre légal pour qu'il vienne répondre de ses 27 ans de règne », a affirmé l'ancien député, Emile Paré. Pour lui, il est inconcevable que l'ancien président qui était le « chef de la contre-insurrection » soit absent pendant qu'on juge son Premier ministre et son gouvernement.

Des actions et démarches en vue

« Ce n'est pas sérieux ! C'est lui qui présidait le Conseil des ministres et aujourd'hui, on juge son Premier ministre et des ministres pour avoir participé à un Conseil des ministres alors que lui-même est absent et on ne demande pas son extradition. Il y a quelque chose qui ne va pas », a déploré M. Paré.

Aussi a-t-il dit ne pas comprendre que la justice décide d'aller entendre Yacouba Isaac Zida qui se trouve à des milliers de kilomètres du Burkina alors qu'elle ne cherche pas à interroger Blaise Compaoré qui est juste à côté, et qu'on peut rejoindre « à dos d'âne ».

A son avis, jusque-là, Yacouba Zida, nulle part, n'a été inculpé et avant de lui demander de répondre, il faut d'abord demander à Blaise Compaoré de le faire.

Et pour parvenir à ses fins, le groupe entend entreprendre, dans la légalité, un certain nombre de démarches et d'actions en direction des institutions nationales (Justice, Assemblée nationale, Présidence du Faso) et de la communauté internationale (Union européenne, CEDEAO, etc.).

Ils ont d'ailleurs lancé un appel aux président ivoirien et français afin qu'ils laissent Blaise Compaoré venir répondre de ses 27 ans de règne et ce, s'ils « veulent qu'il y ait la paix au Burkina ». Et le groupe compte bien se faire entendre à sa façon lors de la prochaine visite au Burkina, du président français.

A en croire les conférenciers, toute organisation ou mouvement qui ira dans le sens de l'accélération des dossiers emblématiques, bénéficiera de son soutien. Outre cela, le groupe a dit être ouvert à toute personnalité burkinabè approuvant la noblesse de sa lutte.

Il faut signaler que la présidence du groupe est assurée par Janvier Mado Samboué, ancien parlementaire du Conseil national de la Transition (CNT).

Burkina Faso

Festivités du 11-Décembre - Manga prend le relais

Dans la soirée du 11 décembre, à la place de la Nation, le gouverneur de la région du… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.