17 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Officiers militaires impliqués dans le procès ADF - L'armée lance un appel à témoins

L'ONGDH « Convention pour le respect des droits humains » accuse le général Akili Mundos comme instigateur des massacres commis dans le territoire de Beni.

Au Nord-Kivu, le porte-parole des opérations Sokola 1 Nord, le capitaine Mak Hazukay, demande à la population détenant des preuves contre les officiers militaires mis en cause dans le procès des ADF et poursuivis pour les massacres des civils à Beni, à les apporter à la Cour militaire qui instruit ce dossier.

Il faudrait retenir que des officiers supérieurs de l'armée, notamment le général Akili Mundos, commandant de la 31ème brigade basée à Mambasa ainsi que deux colonels sont auditionnés depuis lundi comme renseignants dans le cadre de cette affaire.

Le capitaine Hazukay, estime que c'est une occasion que la Cour militaire donne à toutes les catégories de la population de suivre la comparution de ces officiers et surtout de contribuer à faire éclater la vérité sur ces massacres en amenant des preuves de leur implication.

Le porte-parole des opérations Sokola 1 Nord a lancé cet appel : « Nous demandons aux universitaires, chercheurs, politiciens, citoyens tout court, de venir à ce procès-là, de venir suivre la comparution du général, parce qu'au fond tout tournait autour de sa présence. Maintenant qu'il est là, nous demandons à tout le monde de venir écouter. Celui qui a une preuve quelconque, qu'il l'amène. Que ce soient des rumeurs, des faussetés... Amenez tout devant cette Cour ».

Le général Akili Mundos rejette tout

Le général Akili Mundos est cité dans plusieurs rapports et indexé localement par la « Convention pour le respect des droits humains » comme instigateur des massacres commis dans le territoire de Beni. Des accusations que rejette l'officier.

Pour rappel, la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu, siégeant en chambre foraine à Beni, a auditionné en date du lundi 13 novembre 2017 le général Akili Mundos, commandant de la 31ème brigade, basée à Mambasa en Ituri comme renseignant sur demande du ministère public.

Il a été invité par le ministère public comme renseignant dans le dossier impliquant le colonel David Lusenge et trois chefs coutumiers à savoir : le Mwami Saambili Bamukoka, Bonguma Kitobi et Mwani Boroso, poursuivis pour association de malfaiteurs, détention illégale d'armes et de munitions de guerre, crimes contre l'humanité par meurtre, violation des consignes, participation à un mouvement insurrectionnel et terrorisme.

Le ministère public a auditionné le renseignant qui exerçait les fonctions de commandant des opérations Sokola 1 lors des faits reprochés aux prévenus.

Le général Akili Mundos a rejeté toutes ces allégations et nié avoir été en contact avec les personnes accusées de massacre à Beni. La Cour a suspendu l'audience après avoir auditionné deux autres renseignants venus témoigner à charge contre le général Akili dans ce même dossier.

En réaction à la comparution du général Akili Mundos, le capitaine Mak Hazukay, porte-parole des opérations Sokola 1 Nord estime qu'il s'agit « d'un geste fort qui traduit le respect pour la population de Beni ».

Congo-Kinshasa

La RDC est le pays d'Afrique qui compte le plus de déplacés internes

Selon un rapport publié la semaine dernière par l'Observatoire des situations de déplacement… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.