17 Novembre 2017

Angola: La Sonangol devrait se débarrasser des affaires en dehors du secteur pétrolier

Luanda — La direction actuelle du Conseil d'administration de la Sonangol, dirigée par Carlos Saturnino, en plus de poursuivre les politiques de réduction des coûts, devrait se débarrasser d'un certain nombre d'opérations en dehors du secteur pétrolier.

Ce point de vue a été défendu vendredi par l'expert du marché de l'énergie et chercheur de l'Université catholique de l'Angola, José de Oliveira, dans une interview à la Radio Nationale d'Angola, à propos du limogeage de l'ancienne direction, dirigée par Isabel dos Santos, et par conséquent la nomination par le Président de la République, João Lourenço, du nouveau Conseil d'administration de Sonangol.

"La nouvelle direction de la Sonangol doit continuer à réduire les coûts. La Sonangol doit se dépouiller de toute affaire qui n'a rien à voir avec le pétrole ", a lancé José de Oliveira à la nouvelle direction.

À cet égard, il a dit qu'il n'est pas d'accord du fait que le même plan prévoit de retirer tout ce qui est négoce à la Sonangol Concessionnaire E.P.

Il a ajouté que le même plan de restructuration prévoit des mesures concessionnelles à prendre par la Sonangol pour des raisons contractuelles.

Selon l'expert, si la fonction de concessionnaire est retirée à la Sonangol, l'Angola devra renégocier des contrats, ce qui serait très négatif dans le contexte actuel.

«C'est négatif parce que le marché mondial est déséquilibré, car une des parties a plus de pouvoir pour négocier», a-t-il justifié, faisant valoir que l'Angola n'est pas dans une phase du marché international en équilibre, ce qui, selon lui, serait trop risqué de négocier de tels contrats.

Quant à l'ancienne administration, José de Oliveira considère que les «échecs cruciaux» ont dicté les changements enregistrés dans la gestion de la Sonangol.

La perte de l'objectif de l'entreprise, en tant que concessionnaire nationale, a été l'un des échecs les plus «graves» de l'administration qui a précédée celle d'Isabel dos Santos, souligne l'expert.

De même, il a considéré comme failles l'absence de négociations sur les questions liées au secteur et l'utilisation de mesures « musclées» pour le règlement des différends avec des les entreprises pétrolières.

Selon lui, "pendant un an et six mois, la concessionnaire ne fonctionnait pas, prouvant ainsi que l'administration était soumises à la réduction des coûts".

Une autre erreur souligné par José de Oliveira et considérée comme «grave» est le fait que l'ancienne administration s'imposer devant les compagnies pétrolières, alors qu'elle devrait opter pour la négociation.

«L'ancienne direction avait un comportement avec des entreprises qui ont investi des centaines de millions de dollars en Angola d'essayer d'imposer et non négocier», a déploré José de Oliveira, ajoutant que c'était une attitude qui a créé un impact négatif sur l'industrie pétrolière à l"étranger.

A l'investiture des nouveaux membres du conseil d'administration de la Sonangol, le Président de la République, João Lourenço a défendu, jeudi, la mise en œuvre d'une stratégie pour raffiner sur place les produits pétroliers.

La stratégie consiste à empêcher l'Angola de s'appuyer de manière significative sur les produits pétroliers raffinés importés.

Angola

Angola - un guinéen de 35 ans assassiné dans sa boutique

Les ressortissants guinéens continuent de tomber sous les balles des malfrats en Angola. Une semaine après… Plus »

Copyright © 2017 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.