18 Novembre 2017

Maroc: La formation, clé de voûte du développement touristique

Salah Ait El Kadi Les opérateurs touristiques de Marrakech doivent faciliter l'intégration des diplômés sur le marché de l'emploi

Le constat qui désigne l'évolution des infrastructures touristiques comme atout indispensable sur la voie du développement de ce secteur économique est drapé d'un doux voile d'euphémisme au même titre qu'il est incomplet. Car cet aspect, aussi indispensable soit-il, ne peut représenter à lui seul le moteur d'une vision touristique majeure. Naturellement, la formation du facteur humain jouit d'une place prépondérante dans n'importe quel programme de développement touristique. Pour preuve, la Vision 2020.

Si ce programme a pour objectifs de doubler la capacité d'hébergement, avec la création de 200.000 nouveaux lits dont 150.000 hôteliers et 50.000 assimilés, multiplier par deux les parts du marché sur les principaux marchés européens traditionnels, tout en espérant attirer 1 million de touristes issus des marchés émergents, mais aussi, accroître les recettes touristiques pour atteindre 140 milliards de dirhams en 2020, ou encore augmenter de deux points la part du PIB touristique dans le PIB national pour atteindre près de 150 milliards de dirhams contre 60 actuellement, cette Vision est surtout porteuse d'un ambitieux et marquant objectif, à savoir la création de 470.000 nouveaux emplois directs sur l'ensemble du territoire national, afin d'embaucher, au terme de la décennie, près d'un million de Marocains dans ce secteur.

Pour en avoir le cœur net, direction Marrakech. Porte-étendard du tourisme national et notamment celui lié aux villes impériales, la cité fondée en 1071 par Youssef ben Tachfine a été classée par le fameux New York Times comme 52ème ville à visiter tout au long de l'année. Le quotidien français Le Monde y est allé aussi de son lot de gratifications en la plaçant dans le Top 20 des destinations phare «mondialement» en 2017.

Dans ce sens, les dernières statistiques émanant de l'Observatoire national du tourisme dévoilent un taux d'évolution de 24 % des nuitées en avril 2017, permettant à Marrakech d'accéder au cercle huppé des villes qui ont connu le plus fort taux d'augmentation au Maroc. Des résultats en nette évolution dont les patrons des différentes infrastructures d'accueil de la ville ocre se frottent les mains. Et notamment, Salah Ait El Kadi. Lors d'un entretien accordé au Magazine Club presse, le PDG d'El-Bahja Palmeraie groupe se félicite de ces résultats: «De nos jours, Marrakech est considérée comme l'une des destinations les plus visitées mondialement, et ce grâce aux immenses projets édifiés dans la région, ainsi qu'à sa situation géographique qui lui offre la possibilité de jouer un rôle précurseur et important dans l'économie du pays ». Animé par une féroce volonté de ne pas stagner, il a aussi tenu à révéler quelques axes de développement auxquels il faut accorder une attention particulière.

«La compétitivité touristique nationale et internationale nous oblige à être à la pointe de l'innovation, en renforçant les infrastructures touristiques en vue d'une meilleure commercialisation d'un produit aux normes internationales ». Mais pas uniquement. En s'appuyant sur une expérience longue de plusieurs années dans le secteur touristique, Salah Ait El Kadi ne sous-estime pas l'importance du facteur humain dans cet objectif de développement. « J'invite tous les opérateurs touristiques à s'occuper de la formation en planifiant des programmes performants dans l'optique de faciliter l'intégration des diplômés dans le marché de l'emploi afin qu'ils participent activement à la réalisation de la Vision 2020 », a-t-il indiqué.

Et justement, en juin 2016, et précisément à Rabat, le développement de la formation professionnelle touristique et hôtelière a été au menu de l'une des rencontres au sommet de ces dernières années. A la lisière d'une célébration consacrant la signature du contrat-programme global de développement de la formation professionnelle à l'horizon 2021, les anciens ministres de tutelle avaient signé la convention pour le développement de la formation professionnelle dans le secteur du tourisme et de l'hôtellerie. Une convention dont les objectifs sont la généralisation du mode de formation par apprentissage, la mise en place d'un système de gestion, de suivi et d'évaluation de celle-ci, la révision des programmes, mais également, l'élaboration de programmes axés sur les nouveaux métiers, ainsi que la mise en place de centres de formation intra-entreprise en collaboration avec la société civile.

Le prisme de l'histoire date le lancement de la formation en hôtellerie et tourisme au Maroc par la création du premier établissement de formation en 1950 : « L'Ecole hôtelière de Rabat ». Depuis, 15 établissements de formation en hôtellerie et tourisme ont été érigés, dont un institut supérieur. La mission de ce dernier est de former des profils et compétences rompus à l'exercice des métiers de l'hôtellerie et du tourisme, selon deux modes : la formation résidentielle et la formation par apprentissage.

Il est aussi à noter que ces établissements offrent une formation de trois niveaux : qualification, technicien, technicien spécialisé.

Mais force est de constater que l'accès à la profession est jugé comme sélectif sans pour autant cibler les profils idoines (seuls les titulaires de diplôme étatique en sciences humaines ou d'un diplôme reconnu équivalent peuvent aspirer à passer le concours des guides de tourisme). De plus, le marché actuel des guides de tourisme au sens le plus large, et spécifiquement des guides de montagne, nécessite une meilleure structuration de l'offre et des opérateurs, avec une dimension importante à accorder à la représentativité.

Maroc

La finance participative consolidera la place du Royaume en tant que hub financier régional et continental

Le démarrage effectif des banques participatives a permis d'étoffer l'offre de financement Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.