17 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Transit des produits congolais via la Zambie - Kasumbalesa - Jean-Lucien Bussa arrache la levée de la mesure d'interdiction !

Un nouveau blocage aux allures d'un piège a été observé, depuis quelques temps, à Kasumbalesa. Après l'interprétation abusive des mesures d'interdiction d'importation de certains produits, voici que de mauvaises langues cherchent à envenimer inutilement, l'état des relations entre la RD. Congo et la Zambie.

Tous les camions en provenance de ce pays voisin seraient bloqués à la frontière, juste à l'entrée sur le territoire congolais. A l'opposé, pour traverser, les camions se dirigeant vers la Zambie sont, à leur tour, bloqués et confinés de ce côté. L'on y évoque des raisons, semble-t-il, de la série de mesures d'interdiction de l'importation de certains produits, tels qu'énumérés dans les arrêtés ministériels que Jean-Lucien Bussa Tongba, en tant que Ministre d'Etat au Commerce Extérieur, avait signé, le 25 août 2017.

Et, pourtant, même si ces mesures drastiques contre la fraude, la contrebande, la maffia et les importations et exportations illégales et illicites visaient l'ensemble du pays, elles étaient assorties de quelques exceptions, selon qu'il fallait, par exemple, s'en référer à l'autorisation préalable. Ceci n'était, peut-être, pas suffisant pour qu'aujourd'hui qu'on en arrive à une généralisation excessive. Qui plus, ces mesures, selon les dernières précisions, étaient d'application immédiate dans la partie Ouest du pays et devraient, par la suite, être progressivement appliquées dans les autres parties, après des évaluations.

Dernièrement, Bussa et Kapika étaient, à ce sujet, dans le Haut-Katanga où le même problème en ce qui concerne l'importation de Tilapia, s'était encore posé. Ils sont même passés à Kasumbalesa avant que la situation ne s'empire jusqu'au point de tenter de polluer l'atmosphère des relations et échanges ordinaires et normaux avec la Zambie. Quoi qu'il en soit, la délégation congolaise, avec la double représentation du Ministère d'Etat au commerce Extérieur et de la Vice-Primature chargée des Affaires Etrangères, a rencontré la partie zambienne dans la perspective de dissiper toute équivoque. L'on croit savoir qu'au-delà de ce désordre, le trafic reviendra rapidement à la normale. Car, après des tractations, la levée de la mesure d'interdiction de transit des produits congolais via la Zambie, a été arrachée, depuis hier, dans la soirée. Bussa, depuis Kasumbalesa, s'en félicite et promet d'y veiller pour que très prochainement, cette confusion soit annihilée dans les transactions.

Dans cette édition, revoici la série de ces arrêtés-là. Donc, toute interprétation erronée ne relève, apparemment, que de la mauvaise foi. Ceci vaut, au fait, toute une mise au point. Qui dit que lorsqu'on parle d'importations illégales et illicites, il faudrait alors, pour les esprits malveillants, interdire toutes les importations ou exportations, prises de façon globale ?

Congo-Kinshasa

Les députés de l'opposition ont improvisé une marche de protestation

Les députés de l'opposition ont bravé, le 11 novembre, la pluie et la peur en organisant une marche… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.