17 Novembre 2017

Congo-Kinshasa: Journée ville-morte - La classe politique interpellée !

La publication du calendrier électorale par Corneille Nangaa n'a pas tempéré les esprits par rapport à la crise politique qui sévit en République démocratique du Congo. Au-delà des déclarations médiatiques de détracteurs dudit calendrier, certains ont promis de faire recours à la rue.

Sur ce, la Lucha, l'un des mouvements citoyens avait appelé les congolais dans toute l'étendue du pays d'observer une journée ville-morte le mercredi dernier. Interroger au sujet de la réussite ou de l'échec du mot d'ordre de la Lucha, les kinois dans l'ensemble ont redistribué les cartes à la classe politique toutes tendances confondues. " Nous n'avons pas besoin seulement du changement de régime, mais également du système politique en vigueur", a, d'entame, déclaré un passant suite à la journée du mercredi 15 novembre 2017.

La classe politique RD Congolaise est en ébullition depuis que Nangaa a publié le calendrier électoral. Alors qu'il était tant réclamé, après qu'il soit rendu public, ce chronogramme électoral a été tout simplement récusé par toutes les forces politiques et sociales de l'Opposition aile dur. Et d'emblée, les actions de rue ont été annoncées avec pompe. C'est ce qui a justifié journée décrétée ville-morte du mercredi passé que les kinois ont refusé d'émettre un point de vue sur sa réussite ou son échec.

Les Congolais, particulièrement les kinois, veulent des actions concrètes de la part des politiques du pays plutôt que de tourner autour du pot alors que le peuple ne fait que croupir dans la misère. " Les villes-mortes on en a connues autant durant le régime de Feu Président Mobutu. Elles n'avaient rien donné jusqu'à ce que Laurent-Désiré Kabila soit venu nous surprendre. Je pense que les opposants doivent mener des actions concrètes qui vont justement nous amener au changement", a déclaré un quidam interrogé par La Prospérité à l'occasion de la journée ville-morte.

Et d'ajouter, "en plus ce qu'il faut savoir à l'heure actuelle, ce que le peuple Congolais n'a plus besoin seulement du changement du régime, mais aussi du système qui fait toujours qu'une petite portion de personnes puisse jouir des richesses du pays. Car, aujourd'hui ceux qui veulent conquérir le pouvoir ne cessent de nous promettre le paradis. Par la suite l'on tombera dans le piège de leur démagogie habituelle".

Transition sans Kabila

A ce sujet brûlant d'exiger le départ du Président Kabila avant le 31 décembre 2017, les avis des kinois sont plus que partagés. Plusieurs se demandent par quel mécanisme y parvenir. Sur ce, ils en appellent à la retenue et au respect des engagements. "Je ne vois pas comment cela peut se faire, la transition sans Kabila. La Constitution du 18 février 2006 ne prévoit pas ce mécanisme, alors que les opposants devraient prendre leur mal en patience jusqu'au 23 décembre 2018, jour prévu pour les scrutins. Cela suppose également que le Gouvernement doit respecter l'échéance pour éviter au pays les crises politiques intempestives", a déclaré un passant trouvé à la hauteur de Kintambo Magasin.

Congo-Kinshasa

Plus de 20 mille réfugiés de la RD Congo à Lunda norte

21.116 citoyens de la République Démocratique du Congo (RDC) sont abrités dans la province… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.